En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Shocking
Le prince saoudien Majed bin Abdullah ben Abdulaziz Al Saud accusé d'avoir obligé 3 femmes à le regarder avoir une relation homosexuelle
Publié le 22 octobre 2015
Le fils de feu le roi Abdallah a déjà été accusé d’avoir sexuellement agressé une de ses employées en la forçant à lui faire une fellation, de l’avoir séquestrée et de l’avoir battue.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le fils de feu le roi Abdallah a déjà été accusé d’avoir sexuellement agressé une de ses employées en la forçant à lui faire une fellation, de l’avoir séquestrée et de l’avoir battue.

"Je suis un prince et je fais ce que je veux". Le prince saoudien Abdulaziz Al-Saud, fils de feu le roi Abdallah, est accusé d'avoir eu une relation sexuelle avec un homme de son personnel, sous l'emprise de la cocaïne. Il aurait menacé de tuer les femmes qui refusaient ses avances. Il aurait également agressé sexuellement une femme de chambre, selon des informations exclusives du Daily Mail Online.

Le Prince est désormais face à de nombreuses accusations. Un procès au civil a même été intenté par trois femmes du personnel de son manoir de Beverly Hills, à Los Angeles, estimé à 37 millions dollars. Il aurait fait des avances sexuelles à plusieurs reprises. Les documents ont été déposés par des avocats agissant pour trois employés de sexe féminin d'Al-Saud.

Les documents apportent des détails souvent sordides. L'une des plaintes raconte comment le prince a tenté d'uriner sur le trio tout en hurlant : "Je veux faire pipi". Il a également menacé de tuer l'une des femmes si elle refusait d'avoir des rapports sexuels avec lui. Il aurait sauté sur une autre et se serait frotté contre elle "d'une façon sexuelle et agressive". Lorsqu'on lui a demandé d'arrêter, Al-Saud aurait alors crié : "Je suis un prince et je fais ce que je veux. Vous n'êtes rien!"

Les trois femmes affirment avoir vu le prince se faire "caresser" le pénis par un homme. Al-Saud aurait forcé les trois femmes à rester regarder comme se déroulait ce moment intime. Pour rappel, l'homosexualité est illégale en Arabie Saoudite, et punissable par la flagellation, ou même l'exécution. Une autre témoigne qu'elle a été obligée de regarder comment des hommes du personnel du prince ont lâché des pets sur son visage, à sa demande.

A lire aussi - Derrière la mort du fils aîné de l’émir du Dubaï, les secrets du monde d’excès des princes du Golfe

Le comportement débridé de ces jeunes princes arabes est connu, notamment depuis le cas du prince Abdulaziz Al-Saud, accusé d'agressions sexuelles. Le fils de feu le roi Abdallah a déjà été accusé d’avoir sexuellement agressé une de ses employées en la forçant à lui faire une fellation, de l’avoir séquestrée et de l’avoir battue. Quelques semaines plus tôt, le Sheikh qatari Khalid bin Hamad al-Thani avait quitté précipitamment les Etats-Unis, après avoir été soupçonné de conduire sa Ferrari jaune dans Los Angeles sous l'emprise de drogues. 

Si ce comportement peut choquer les citoyens outre-Atlantique, à Londres, les habitants sont généralement habitués à ces nouveaux visiteurs. L'afflux de jeunes millionnaires issus des pétromonarchies est presque devenu un rituel estival dans la capitale britannique. Devant des palaces tels que le Dorchester, le Claridge, ou Harrods, il est commun de voir des bolides personnalisés, affrétés en avion pour près de 50 000 euros. La compagnie Qatar Airways met à disposition des avions entiers pour transporter ces véhicules et les ramener dans la péninsule chaque été.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
03.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
04.
Psychologie de la Saint Valentin : attention au danger psychologique d’un abus de romantisme
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
07.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Geolion
- 04/10/2016 - 14:41
Permis par l'islam
La zoophilie est permise par l'islam, Hé ! Oui ! Simplement, l'animal étant devenu impur doit être tué après l'acte....La double peine, quoi !
Liberdom
- 04/10/2016 - 12:19
@pale rider
Le flegmatisme (même légendaire) est-il au flegme ce que le truisme est au cochon ? Une évidence quand on nage en plein dans les cochonneries de ceux qui mangent halal.
assougoudrel
- 04/10/2016 - 10:48
Femmes voilées,
femmes violées. Aère la chambre, la chambre à air...Dans leurs mœurs, il est normal que celui qui a une envie soudaine et tiraillante, se soulage par n'importe quel moyen. J'ai connu des militaires maghrébins qui nous disaient que se payer une chèvre, une brebis ou autre animal de ce genre est tout à fait normal. J'ai même connu un qui nous racontait (comme on dit que le ciel est beau) que adolescent, avec ses camarades, ils se faisaient une ânesse en la plaçant en contrebas à cause de sa taille. On avait droit à tous les détails. L'ânesse, dès qu'elle les voyait faisaient un drôle bruit avec ses lèvres. Je suppose qu'ils ont toujours en leur possession un flacon d'after-chèvre, prince comme "sans dent".