En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Insaisissable

Gérard Depardieu évoque son départ de France : "Je suis parti parce que j'avais l'impression qu'on allait me tondre, comme après 45"

Publié le 02 octobre 2014
Dans une interview au Point parue ce jeudi, l'acteur revendique son statut "d'homme libre".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview au Point parue ce jeudi, l'acteur revendique son statut "d'homme libre".

Gérard Depardieu sort un récit autobiographique appelé "Ca s'est fait comme ça", dont il assure actuellement la promotion. A cette occasion, il a donné une interview au Point parue ce jeudi : toujours aussi insaisissable, il explique les raisons pour lesquelles il a quitté la France. "Je suis parti parce que j'avais l'impression qu'on allait me tondre. Comme après 45, comme un collaborateur" indique-t-il. Puis Depardieu a fait du Depardieu : "Je suis un homme libre. Je ne veux pas, à 65 ans, payer 87% d'impôts. Je trouve ça normal de payer, mais pas à des cons qui pensent qu'ils font le bien" argumente-t-il.

Puis il ajouté : "je vais je viens, je paie mes impôts partout où je travaille (...), je parle toujours français, j'apprends le russe, je dessine même des cuisines pour une marque russe, des cuisines modulables, avec des roulettes". La star de cinéma estime que les Français "ont perdu leur bonheur, ils n'y croient plus. Ils ont même perdu leur ouïe, leur odorat, leur vitalité". Très au fait de l'actualité – même s'il partage son temps entre la Belgique, la Russie et la France – il est revenu sur les récentes "incivilités" et les soutient. L'acteur n'est par exemple "pas mécontent que les Bretons aient foutu le feu, l'autre jour. Depuis qu'ils ont fait sauter les péages, il y a une vraie âme qui revient".

Gérard Depardieu évoque aussi Vladimir Poutine. "Il est comme moi. Il arrive de loin et personne n'aurait misé un sou sur lui quand il était gosse. Ca aurait pu très mal tourner pour lui à Leningrad, où il est né et où il est devenu délinquant. Comme moi je vous dis !" affirme-t-il. Puis il réaffirme son soutien à Nicolas Sarkozy qui "a trouvé la paix avec Carla". Dans cette interview au Point, il fait aussi référence au film "Welcome to New York" dans lequel il incarne DSK... et il n'est pas vraiment tendre avec Abel Ferrara, le réalisateur : pour lui, il "n'a pas compris que le récit de cette femme, l'histoire de Nafissatou Diallo, était plus important que les trois partouzes au FMI". "De toute façon, aujourd'hui, tu ne peux pas allumer un écran sans voir une bite énorme qui sort. A croire que tout le monde est devenu peine-à-jouir". Tout est dit.

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 03/10/2014 - 11:35
On ne va pas me faire croire
que Atlantico n'a pas une meilleur photo de Mr Depardieu. Il est bon vivant et aime Poutine, et alors. Quand, dans les années passés, nos "intellectuels" et politiciens passaient des vacances en URSS, ou en Roumanie chez Kochescu (pardon si j'ai fait une faute), tout le monde trouvait ça normal. Quand on voit sur les JT comme invité un Besancenot qui a accueilli à bras ouverts un assassin d'extrème gauche à sa sortie de prison, c'est normal. Il faut peut-être arrêter d'être con et hypocrite et laisser Depardieu tranquille. Il fait travailler du monde dans ses entreprises, alors que nos chers dirigeants et autres fonctionnaires ne savent même pas ce que c'est.
von straffenberg
- 03/10/2014 - 10:06
Gérard ....sinon rien
J'aime beaucoup Gérard car il est talentueux vrai , vivant (ne rentre jamais dans le convenu) ,il aime la vie le vin et est malgré ses écarts , infiniment plus subtil que beaucoup de nos pseudos élites .Quant à son avis sur Poutine je le rejoins également . Von Straffenberg