En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Autoritaire
Corée du Nord : quand Kim Jong-Un impose sa coupe de cheveux
Publié le 26 mars 2014
Selon des informations rapportées par la BBC, le leader nord-coréen aurait obligé tous les hommes du pays à avoir la même coiffure que lui.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon des informations rapportées par la BBC, le leader nord-coréen aurait obligé tous les hommes du pays à avoir la même coiffure que lui.

C'est une information qui peut prêter à sourire mais qui témoigne toutefois du manque de libertés en Corée du Nord... En effet, les hommes de la péninsule, dirigée de main de maître par Kim Jong-Un, auraient désormais l'obligation d'arborer une seule et unique coupe de cheveux. Evidemment la même que leur "cher Leader"...

C'est en tout cas ce que rapporte la BBC, se basant sur des informations du Korea Times qui indique que la mesure, en vigueur depuis deux semaines dans la capitale Pyongyang, s'étend désormais à tout le pays.

D'après un nord-coréen cité par le Korea Times, "cette coiffure n'est pas populaire dans le pays", elle ressemblerait beaucoup trop à celle des "contrebandiers chinois". D'ailleurs, "jusqu'au milieu des années 2000, nous l'appelions la 'coupe des brigands chinois'". A noter que les femmes ne se verront pas imposer cette coupe : elles ont toujours le choix entre 28 coiffures autorisées par le pouvoir, comme le montre ce tweet.

Live in #NorthKorea? You must have one of these 28 haircuts http://t.co/lslXuTuWY5 pic.twitter.com/IkyharbOTn

— PolicyMic (@PolicyMic) 25 Mars 2014
Vu sur : lu sur la BBC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires