Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Erosion et tournant ?

Réforme des retraites : le soutien à la grève recule selon un sondage Ifop pour le JDD

Assite-t-on à un tournant dans l'opinion après l'absence de trêve pendant les vacances de fin d'année ? Alors que va débuter une semaine décisive sur le dossier des retraites, l'opinion aurait sensiblement évolué. Selon un sondage Ifop réalisé pour le Journal du dimanche et publié ce 5 janvier, seulement 44 % des Français soutiennent dorénavant la grève contre la réforme des retraites. Ce chiffre est donc passé sous la barre symbolique des 50%. Ils étaient 51% à la mi-décembre à soutenir le mouvement de grève.

Selon les tous derniers chiffres dévoilés ce dimanche 5 janvier, les personnes interrogées ne sont plus que 25% à apporter leur "soutien" au mouvement social, un chiffre en baisse de 6 points par rapport à la précédente étude. 19% des sondés expriment à son égard une certaine "sympathie" (en recul d'un point).

Paradoxalement, la "sympathie" ressentie à l'égard du mouvement de grève est plus importante (46%) en Ile-de-France que dans le reste du pays (44%). La région parisienne est pourtant très fortement impactée par la grève dans les transports. 

Le nombre de personnes se déclarant "hostiles" ou "opposées" aux grévistes a augmenté de trois points. 

45% des sondés souhaitent que "le gouvernement aille jusqu'au bout de la réforme des retraites telle qu'elle a été annoncée, sans céder aux mobilisations et aux grèves". Un autre chiffre indique que 75% des Français interrogés pensent néanmoins que le gouvernement ne cédera pas aux grévistes.

Ce sondage a été réalisé par questionnaire auto-administré en ligne les 2 et 3 janvier auprès d'un échantillon de 1.005 personnes, selon la méthode des quotas.

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !