Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Voix divines

Trois prêtres du diocèse de Vannes reprennent du Johnny Hallyday pour le denier de l'Eglise

Afin d'encourager les fidèles à donner au denier du culte, trois prêtres de Bretagne ont eu une initiative originale. Ils ont fait une reprise du tube "Je te promets" de Johnny Hallyday.

Le père Monnier, le père Laude et le père Dollié se sont lancés dans une initiative originale. Ils ont entonné une chanson en hommage à Johnny Hallyday pour le denier du culte. Les trois prêtres sont issus des paroisses de L’Emmanuel, à Vannes dans le Morbihan, qui regroupent les paroisses Saint Pie X et Notre-Dame de Lourdes.

Ils ont chanté ce titre lors de leur office, le 9 mai dernier, à Notre-Dame de Lourdes. Leur performance a été immortalisée dans une vidéo publiée sur YouTube, qui cumule déjà plus de 26 000 vues. Les paroles de la chanson ont été revisitées spécialement pour l'occasion : 
 
"Et si tu fais un don au Denier du culte, On verra la mission s’en aller droit au but, Et si tu fais un don par virement ou par chèque, Les prêtres et les laïcs te serviront sans stress de manquer de moyens pour vivre".
 
Le père Dollié a évoqué les raisons de ce choix. 
 
"Ce n'est pas qu'on soit fan de Johnny. Cette chanson a bercé mon adolescence. L'Eglise peut être en décalage parfois, au niveau du vocabulaire. C'est bien aussi de se servir de ce qui se fait maintenant. Johnny est quelqu'un de commun, qui parle. La finalité reste de faire prendre conscience aux gens que l'Eglise ne vit pas d'amour et d'eau fraîche. Le denier est très important. Toute notre organisation et fonctionnement en dépend". 
 
Les trois prêtres effectueront une nouvelle prestation dans le cadre de la fête paroissiale de Notre-Dame-de-Lourdes, le 9 juin prochain.  
 
Lu sur France 3 Régions

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !