Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube / Euronews

Sabotage ?

Panne d'électricité géante à Caracas et dans une grande partie du Venezuela

La ville de Caracas a été plongée dans le noir dans la soirée de jeudi. Une impressionnante et gigantesque panne d'électricité a touché la capitale et la moitié du Venezuela. Le métro ne fonctionnait plus également à Caracas. Les rues sont généralement désertées la nuit, pour des conditions de sécurité. Caracas est considérée comme l'une des villes les plus dangereuses au monde à la tombée du jour.

Cette impressionnante panne d'électricité est liée à l'arrêt de la centrale hydroélectrique la plus importante du pays. 

La compagnie nationale d'électricité, contrôlée par l'Etat, a évoqué un sabotage. Nicolas Maduro dénonce "l'impérialisme américain". 

"La guerre de l’électricité annoncée et dirigée par l’impérialisme américain contre notre peuple sera mise en échec. Rien ni personne ne pourra vaincre le peuple de Bolivar et de Chavez. Patriotes, unissez-vous !".

Motta Dominguez, le ministre de l'Energie électrique, s'est exprimé sur cet incident : 

"Nous avons de nouveau été visés par la guerre de l’électricité. Cette fois, ils ont attaqué la centrale hydroélectrique de Guri".

Selon les experts et l'opposition, cet incident majeur serait lié au manque d'entretien et d'investissements. Cet incident sur la principale centrale du pays a donc plongé la majeure partie du Venezuela dans le noir complet. Les lignes téléphoniques et Internet ont été brusquement coupées. La distribution de l'eau dans les immeubles a aussi été interrompue. 

Les coupures de courant sont malheureusement assez habituelles au Venezuela. Le pays est confronté à une crise économique majeure.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !