Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Passe d'armes

ONPC : virulent débat sur Airbnb à Paris entre Ian Brossat et Charles Consigny

Le chroniqueur libéral estime qu'il ne faut pas "sacrifier des libertés individuelles" des propriétaires souhaitant mettre leur logement sur la plateforme de location.

Entre la plateforme de location Airbnb et la ville de Paris, la hache de guerre est déterrée depuis plusieurs années. Nouvel épisode récent de cette bataille : la sortie du livre Airbnb, la ville ubérisée de Ian Brossat, l'adjoint d'Anne Hidalgo à la mairie de Paris, chargé du logement et de l'habitat durable/

Il était invité dans l'émission On n'est pas couché ce samedi, et a échangé à ce sujet avec le chroniqueur de Laurent Ruquier, Charles Consigny.  "On a de plus en plus de propriétaires qui achètent des appartements et des immeubles entiers qu'ils transforment en logement touristique, loués toute l'année à des touristes", estime l'adjoint à la mairie de Paris. "Dans les quartiers les plus touristiques, il n'y a plus d'habitants mais que des touristes et ça a un impact sur les commerces", s'est-il alarmé, expliquant qu'il fallait des règles pour éviter cette situation - la mairie de Paris a ainsi limité la durée annuelle maximale de location sur le site à 120 nuits par an. 

"Je pense qu'il y a un sens de l'histoire et qu'il faut laisser faire la loi du marché et laisser faire les acteurs privés comme ils l'entendent. C'est ainsi que va le monde. Je ne pense pas qu'il faille sacrifier des libertés individuelles pour des objectifs politiques", a répondu Charles Consigny, provoquant la colère de Ian Brossat. "Si on ne fait rien on n'aura plus d'infirmières, de professeurs ou de policiers qui pourront habiter à Paris. Notre boulot c'est de faire en sorte que ces personnes de classe moyenne, qui travaillent pour le bien des Parisiens, puissent vivre à Paris", a rétorqué l'adjoint.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !