Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

La main dans le pot de confiture

On n'est pas couché : Najat Vallaud-Belkacem mise en difficulté par Aymeric Caron sur le cumul des mandats

Le chroniqueur a mis en avant le fait que Najat Vallaud-Belkacem est conseillère générale et membre du Conseil permanent en plus d'être ministre de l’Education nationale.

"Vous êtes toujours conseillère générale ? Membre de la commission permanente ? Vous avez le temps ?" Le sourire de Najat Vallaud-Belkacem s'est crispé, hier, lorsque le chroniqueur Aymeric Caron s'est aventuré sur le terrain du cumul des mandats.

Ministre de l’Education nationale depuis le mois d’août 2014, Najat Vallaud-Belkacem était invité sur le plateau d’On n’est pas couché, hier, et a eu bien du mal à justifier son cumul.

"J'avais compris que les socialistes étaient contre le cumul des mandats", a feint de s'étonner Aymeric Caron, qui a rappelé qu'un conseiller général membre de la commission permanente est payé près de 3000 euros par mois.

"Sur le principe, je suis d'abord avec vous, je suis contre le cumul des mandats", a répondu la ministre. "Juste sur le principe, pas dans les faits", a taclé le chroniqueur, sous les applaudissements du public.

Najat Vallaud-Belkacem a ensuite rappelé que ce mandat se terminera en décembre prochain et qu'il aurait été "imbécile" de démissionner en septembre. Elle a soigneusement omis de répondre à Aymeric Caron, qui lui a alors demandé pourquoi elle n'avait pas démissionné avant, puisqu'elle est au gouvernement depuis deux ans.

"Etre ministre ne m'a pas empêché d'être conseiller général", s'est justifié la ministre, qui a indiqué consacrer "des weekends" à son mandat. "Ce qu'on comprend, c'est qu'un conseiller général peut travailler deux jours par semaine", a réagit Audrey Pulvar, également invitée dans l'émission. "Finalement, les autres conseillers généraux pourraient faire autre chose et consacrer leurs weekends à leur mandat", a-t-elle ironisé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !