Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Il pourra se payer un costard

Macron à un chômeur : "Je traverse la rue, je vous trouve" du travail

Lors des journées du patrimoine, le président de la République a été interpellé par un jeune horticulteur au chômage. Le chef de l'Etat lui a conseillé d'aller voir des hôtels et des restaurants.

Lors des Journées du patrimoine, ce weekend, des milliers de Français ont pu découvrir les lieux du pouvoir, dont le palais de l'Elysée, ouvert exceptionnellement au public. A cette occasion, le chef de l'Etat est parti à la rencontre des visiteurs, et a eu un échange impromptu avec un jeune chômeur de 25 ans, horticulteur de formation, qui lui a expliqué ses difficultés à trouver un emploi.

"Vous êtes inscrits à Pôle emploi ?", a d'abord demandé Emmanuel Macron. "Pôle Emploi, RSA, tout... Et il n'y a rien. J'ai beau envoyer des CV, des lettres de motivation, ça ne fait rien", a répondu le jeune homme.

Emmanuel Macron lui a ensuite asséné : "Si vous êtes prêt et motivé, dans l'hôtellerie, le café, la restauration... Ou dans le bâtiment ! Il n'y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu'ils cherchent des gens ! Pas un ! (...) Il faut y aller ! Maintenant, hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve ! Ils veulent simplement des gens qui sont prêts à travailler, avec les contraintes du métier", a-t-il assuré.

Le jeune chômeur a acquiescé, expliquant que ça ne lui pose "pas de problème" de faire de tels métiers, mais que lorsqu'il donne son CV, on ne le rappelle jamais. "Ne perdez pas de temps à m'écrire à moi, hein ! Vous faites une rue, là, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et les restaurants, franchement je suis sûr qu'il y en a un sur deux qui recrute en ce moment. Donc allez-y", a conclu le président.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !