Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Progrès fulgurants

Les progrès fascinants en robotique avec des mains de plus en plus "humaines"

Des chercheurs américains parviennent à rendre les mains des robots de plus en plus agiles. Le mimétisme avec des mains humaines est saisissant.

De nombreux chercheurs universitaires et des ingénieurs de la Silicon Valley travaillent sur un projet fascinant : rendre les mains robotisées aussi humaines que possible. 

La rédaction du New York Times a récemment dévoilé les efforts de ces équipes qui oeuvrent pour améliorer le quotidien de demain. 

Des nouveaux modèles sont programmés pour "apprendre tout seuls l'exécution de tâches de plus en plus complexes" avec l'aide de l'intelligence artificielle. 

L'un des laboratoires en question, OpenAI, a été cofondé par Elon Musk. Ce complexe, basé à San Francisco, est à l'origine notamment de Dactyl, uen main robotique dotée de cinq doigts.  Ce projet a permis de faire un bond impressionnant dans le domaine de la recherche robotique.  Dactyl est capable de faire tourner un cube entre ses doigts. 

Cette dextérité n'avait jamais été atteinte auparavant. Une simulation digitale a été inculquée à la machine qui a comprimé, en seulement deux ans, l'équivalent de cent ans d'epxériences d'essais et d'erreurs. 

Le laboratoire Autolab, sur le campus de Berkeley, a également réalisé une prouesse avec un bras mécanique indépendant à deux doigts. Il parvient à attraper des objets aux formes définies et les trie ensuite dans des paniers. 

Sur le campus de Berkeley, une main robotique est aussi capable de faire un lit. Un autre robot parvient à pousser des objets éparpillés. 

Ces progrès technologiques sont les prémices des futures révolutions dans le domaine de la robotique.  

Vu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !