Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Pensées envers les familles des soldats

L'un des otages français libérés au Burkina Faso présente ses "condoléances" aux familles des soldats

Laurent Lassimouillas, l'un des otages libérés, a rendu hommage aux militaires tués. Il a adressé ses pensées et son soutien à leurs familles et à leurs proches, lors d'une courte déclaration à son arrivée au palais présidentiel de Ouagadougou, samedi matin. Selon des informations de Franceinfo, le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, recevait trois des quatre otages libérés dans le nord du Burkina Faso, le 11 mai 2019, au palais présidentiel. 

Cet ancien otage a donc tenu à rendre hommage aux soldats français morts pour les secourir

"Toutes nos pensées vont aux familles des soldats et aux soldats qui ont perdu la vie pour nous libérer de cet enfer. On voulait présenter nos condoléances tout de suite". 

Il a également déclaré avoir "une pensée" pour leur "chauffeur-guide béninois" tué avant leur enlèvement au Bénin, le 1er mai.

Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, les deux Français, ainsi que l'ex-otage coréenne sont arrivés dans la matinée pour rencontrer le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré. L'ex-otage américaine, également libérée lors de cette opération, n'était pas présente.

Les deux Français, ainsi que la femme de nationalité sud-coréenne, sont attendus en France en début de soirée. Leur avion devrait se poser sur la base aérienne de Villacoublay, près de Paris, à 18 heures. Ils seront accueillis par le président de la République Emmanuel Macron ainsi que par des hauts responsables du gouvernement et de l'armée. 

Ce mardi, un hommage national sera rendu à Paris aux deux militaires français tués lors de cette opération de sauvetage : les maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello. Ils étaient tous les deux membres du commando Hubert, une unité d'élite de la Marine française.

Le chef d'état-major français, le général François Lecointre, a retracé ce vendredi 10 mai l'opération "d'une très grande complexité" conduite par les forces spéciales françaises dans le nord du Burkina Faso pour récupérer les deux touristes enlevés le 1er mai au Bénin, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas. Le général François Lecointre était très ému lors de sa déclaration en évoquant la mémoire des deux militaires morts lors de cette mission. 

Selon son récit, ce n'est qu'à une dizaine de mètres des abris que les commandos "entendent les ravisseurs armer leurs armes : ils décident alors de monter à l'assaut sans ouvrir le feu, pour ne pas provoquer de pertes chez les otages ou les familles des terroristes" éventuellement présentes. Toujours selon le général Lecointre, c'est alors qu'ils "rentrent dans deux de ces abris" que le maître Cédric de Pierrepont et le maître Alain Bertoncello, membres du commando Hubert, "sont tués à très courte distance par deux des ravisseursDeux des ravisseurs qui tentaient de s'évader sont abattus immédiatement, les autres engagent le combat".

Au total, quatre ravisseurs seront tués et deux ont pris la fuite, selon le général. Les ravisseurs chargés d'escorter les quatre otages étaient donc au nombre de six.

L'émotion sera vive lors de l'hommage national rendu aux deux militaires mardi prochain. 

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !