Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Vasily MAXIMOV / AFP
Alexeï Navalny Russie Allemagne transfert patient malade empoisonnement

Vive inquiétude

L'opposant russe Alexeï Navalny a été hospitalisé dans un état "stable" à Berlin

Alexeï Navalny, dans le coma après un possible "empoisonnement" d’après ses proches, a été hospitalisé samedi à Berlin dans un état "stable" après un transfert depuis la Russie.

Des examens sont en cours. Alexeï Navalny a été admis dans l'un des hôpitaux les plus réputés en Europe.

L'avion médicalisé transportant le principal opposant russe Alexeï Navalny a atterri samedi matin 22 août à l'aéroport de Berlin. Il a immédiatement été pris en charge à l'hôpital de la Charité.

"L'état de santé d'Alexeï Navalny est stable", a assuré à l'AFP le dirigeant de l'ONG allemande Cinema for peace, Jaka Bizilj, qui a affrété l'avion-ambulance de Navalny et réussi à le faire venir à l'issue de tensions avec les autorités russes. 

L'hôpital russe où avait été admis l'opposant dans un premier temps jeudi a donné son feu vert vendredi à son transport vers l'Allemagne, affirmant que son état était "stable", après s'y être initialement opposé.

L'avion médicalisé affrété par une ONG allemande était arrivé vendredi matin à l'aéroport d'Omsk. Les médecins allemands ont pu examiner Navalny et ont assuré être en mesure de le transporter à Berlin pour qu'il y soit soigné.

Alexeï Navalny se rendait de Tomsk, en Sibérie, à Moscou en avion quand il a fait un malaise. L'appareil a dû faire un atterrissage d'urgence à Omsk. Les médecins russes ont assuré n'avoir détecté "aucun poison" dans le sang et l'urine d'Alexeï Navalny, affirmant privilégier l'hypothèse d'un "déséquilibre glucidique", provoqué par une baisse du taux de sucre dans le sang.

A lire aussi : Vladimir Poutine aurait-il vraiment eu intérêt à empoisonner Alexeï Navalny ?

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !