Jean-Luc Mélenchon : "C'est assez indigne d'assimiler La France insoumise à des violences" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: BERTRAND GUAY / AFP

Révolté

Jean-Luc Mélenchon : "C'est assez indigne d'assimiler La France insoumise à des violences"

Le leader de la France insoumise a répondu au chef de l'Etat qui a fustigé "les élus qui tiennent constamment un discours d'agitation", après les violences survenues en marge la manifestation syndicale du 1er-Mai à Paris.

Ce jeudi 3 mai, après les violences survenues lors de la manifestation syndicale du 1er mai à Paris, Emmanuel Macron a condamné "les élus qui tiennent constamment un discours d'agitation". Se sentant visé, Jean-Luc Mélenchon a répondu au chef de l'Etat sur les ondes de France Bleu. "C'est assez indigne de sa part d'assimiler La France insoumise à des violences dont elle a eu à souffrir elle-même", a-t-il lancé, avant de s'en prendre à la République en Marche.

"Pour l'instant, les seuls responsables politiques qui ont fait preuve de violences physiques, ce sont les membres de La République en marche", a lancé le député des Bouches-du-Rhône. Et d'ajouter : "C'est une députée qui a mordu un taxi, et un député qui a frappé quelqu'un d'autre avec un casque, donc je pense qu'il devrait balayer devant sa porte avant de faire la leçon aux autres".

La violence "n'est pas une stratégie révolutionnaire"

Puis, l'ancien candidat à la présidentielle s'est adressé aux auteurs des violences de la manifestation : "Vous êtes en train de faire une erreur, vous stérilisez la lutte et vous la divisez". La violence "n'est pas une stratégie révolutionnaire, c'est juste un coup de main qui est donné à nos pires ennemis. Ceux qui se livrent à de la violence, qu'ils appellent à des manifestations de violence, mais qu'ils ne viennent pas dans les nôtres récupérer politiquement et détruire notre message", a-t-il poursuivi.

>>> À lire aussi : Si le syndicalisme semble être soluble dans le macronisme, la culture techno, elle, a la peau dure...

"Je comprends que des gens soient indignés, a poursuivi Jean-Luc Mélenchon. La violence de la société est immense. Il meurt 565 personnes au travail tous les ans (...). Il y a un paysan qui se pend tous les deux jours (...) Et cette violence, elle a l'air d'être normale, et il n'y aurait que les McDo qui seraient une violence anormale ?" "Je le répète : je condamne comme méthode de combat politique la violence, a expliqué le leader de la France insoumise, mais je ne veux pas qu'on oublie que la société est pleine d'une violence terrible. Et M. Macron en particulier est un violent, quand il impose par ordonnances la destruction du Code du travail, quand il fait cadeau de quatre milliards aux très puissants".

 

Vu sur France Bleu

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !