Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Parti Communiste Français

Ian Brossat et Daniel Riolo s'accrochent à propos de l'histoire du PCF pendant la guerre

Invité des Grandes Gueules ce matin sur RMC, la tête de liste du Parti Communiste aux Européennes a été repris par Daniel Riolo à propos de l'implication des communistes dans la Seconde Guerre mondiale

Invité des Grandes Gueules sur RMC ce matin, Ian Brossat énumérait les grands évènements de l'histoire du PCF lorsqu'il a été repris par Daniel Riolo, nouveau chroniqueur de l'émission, qui a voulu ajouter à cette chronologie "la collaboration avec les nazis". La tête de liste du PCF a rétorqué : "Non, non. [Le PCF,] c'est la Résistance. C'est 75 000 fusillés." 

A titre de rappel historique, les communistes n'ont pas collaboré, contrairement aux dires de Daniel Riolo, mais on a souvent pointé du doigt leur inaction au début du conflit mondial. En cause, le pacte Germano-Soviétique ou pacte de non-agression entre l'Allemagne et l'Union soviétique. Signé le 23 août 1939,  ce dernier fût suivi par les instances dirigeantes du PCF, mais beaucoup de députés communistes quittèrent le parti pour monter leur désapprobation, et certains communistes entrèrent dans la Résistance dès 1940. Cependant, c'est bien après la fin du traité, avec l'invasion de l'URSS par l'Allemagne, que la résistance communiste s'organisa massivement.

Cela étant, un site internet en ligne depuis le 6 octobre 2016, créé par le CNRS et l'Université Paris Sorbonne, recense les fusillés, executés sommairement ou massacrés en France entre 1940 et 1944 et estime le nombre de fusillés à un chiffre situé entre 4000 et 20 000 personnes environ, toutes tendances politiques confondues. Le mythe des 75 000 fusillés est tenace, mais n'en déplaise à Ian Brossat, c'est bien un mythe.

RMC sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !