Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Dans une vidéo, un Britannique essaye, en vain, de brûler un drapeau de l'Union européenne et devient la risée des réseaux sociaux.

Ridicule

Grande-Bretagne : il essaie, en vain, de brûler un drapeau de l'Union européenne et se fait moquer sur le Web

Publiée sur Facebook cette semaine avant d'être rapidement effacée, la vidéo a déjà été partagée des milliers de fois et fait l'objet de nombreux détournements de la part des internautes moqueurs.

Depuis quelques jours, un activiste britannique anti-européen fait beaucoup parler de lui mais pas pour les raisons qu'il espérait. En se filmant en train d'essayer de mettre le feu à un drapeau européen, en vain, pendant plusieurs minutes, l'homme, qui se voulait pourtant impressionnant, est devenu la risée des réseaux sociaux.

Cagoulé, l'anonyme commence sa vidéo sur un grand discours fustigeant l'union européenne. "L’Union européenne est corrompue jusqu’à la moelle. Elle est là pour nous retirer notre nationalité, notre identité, notre liberté d’expression et notre souveraineté", attaque-t-il, d'un ton furieux. "Son immigration massive forcée est un génocide contre le peuple britannique. Son principal objectif est de nous effacer nous et notre pays. Nous refusons d’en faire partie. Faites-nous en sortir maintenant. Gardons la Grande-Bretagne britannique !", lance-t-il, sûr de lui, avant de brûler un coin du drapeau de l'Union avec un briquet. Sauf que ce dernier ne s'enflamme pas...

Publiée sur Facebook cette semaine avant d'être rapidement effacée, la vidéo a déjà été partagée des milliers de fois et fait l'objet de nombreux détournements de la part des internautes moqueurs. Une page a été même été crée en son "honneur" sur le réseau social.

Lu sur Metronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !