Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Riposte

François de Rugy estime être victime d'une "vengeance politique" de son ancien parti EELV

L'ancien ministre de la Transition écologique était invité ce vendredi sur Franceinfo. François de Rugy affirme avoir "identifé une vengeance politique de son ancien parti" dans le cadre des révélations de Mediapart

"J'ai réfléchi cet été, je l'avais dit dès le début, il y avait une vengeance personnelle, nous l'avions bien identifiée avec mon épouse qui a également été attaquée dans cette affaire d'une façon absolument abominable. Mais j'ai bien identifié, depuis, également une vengeance politique de mon ancien parti [Europe Écologie Les Verts, ndlr], ça ne fait aucun doute."

François de Rugy avait démissionné du gouvernement le 16 juillet dernier après la tempête médiatique et la salve de révélations de Mediapart.

Selon lui cette "vengeance" serait liée aux réformes menées lors de son action politique : 

"Cette vengeance politico-syndicale est liée à ce que j'ai fait à la fois à l'Assemblée nationale où j'avais engagé une réforme de la fonction publique parlementaire et également au ministère de la Transition écologique et solidaire où comme vous le savez j'avais engagé un certain nombre de changements qui déplaisaient fortement et bousculaient un certain nombre d'intérêts bien établis."

François de Rugy a indiqué qu'il avait des preuves et qu'il allait publier un livre : 

"Je n'accuse pas des gens personnellement mais je sais d'où ça vient. Je l'expliquerai dans un livre. Je ne suis pas complotiste, je déteste cela, mais c'est la convergence, dans un moment de folie médiatique, tout un tas de gens s'engouffrent dans la brèche. (…) C'est au moment où j'étais en train de réussir un certain nombre de choses au ministère de l'Écologie que j'ai été brisé dans mon élan. Ça ne plaisait pas qu'un écologiste qui recherche l'efficacité puisse réussir".

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !