Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: capture d'écran RMC - BFMTV

Fin du mois ou fin du monde

Edouard Philippe confirme le maintien des hausses des taxes sur les carburants au 1er janvier 2019

Le Premier ministre a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin ce mercredi 28 novembre sur les ondes de RMC et sur l’antenne de BFMTV.

Après le discours d’Emmanuel Macron, ce mardi, qui n’a pas réussi à calmer la colère des gilets jaunes, Edouard Philippe était invité sur BFMTV et RMC ce mercredi matin. Le Premier ministre a confirmé, au micro de Jean-Jacques Bourdin, que la hausse de la taxe sur les carburants au 1er janvier 2019 sera bien appliquée. La fiscalité du diesel sera ainsi alignée sur celle de l'essence. 

"Oui, on augmentera comme prévu les taxes au 1er janvier".

Edouard Philippe a indiqué néanmoins qu’il comprenait la colère des gilets jaunes et qu’il partageait l’impatience des Français face à la nécessité de diminuer les impôts. Il a tenu à rassurer les citoyens en précisant que le gouvernement souhaitait faire baisser le niveau des impôts et des taxes d'ici la fin du quinquennat.  

Le Premier ministre a précisé que le gouvernement ne souhaitait pas infliger une "double peine" auprès des Français. Malgré les hausses chaque année au 1er janvier d’ici la fin du mandat d'Emmanuel Macron, le niveau de la taxe pourra en effet fluctuer et être revu à la baisse grâce à la nouvelle mesure proposée par le gouvernement.   

"On ne revient pas sur le principe de la trajectoire carbone, mais on ne fait pas la double peine. Si dans l'année, il y a un envol de la matière première, on peut revenir sur le niveau de la taxe fixé au 1er janvier de l'année en cours."

Le Premier ministre a également affiché sa volonté de rencontrer des gilets jaunes dans les semaines à venir. 

"Si une délégation de gilets jaunes souhaite être reçue, je le ferai". 

Deux porte-parole du mouvement ont d'ailleurs déjà été reçus par le ministre de la Transition écologique François de Rugy, mardi soir.

Edouard Philippe a affiché sa volonté de s’ouvrir au dialogue dans le cadre de la crise des gilets jaunes en évoquant la réflexion de trois mois proposée par le président de la République.

"Cette réflexion, qui doit durer trois mois, doit être très territorialisé. L'idée est de trouver des méthodes concrètes d'accompagnement."

Emmanuel Macron a centré son discours de mardi sur l’écologie et l’environnement en dévoilant la stratégie de transition énergétique de la France. Le chef de l’État a annoncé des mesures d'accompagnement pour les ménages. Les gilets jaunes ont le sentiment de ne pas avoir été entendus par le président de la République.  

Interrogé sur une éventuelle hausse du smic, Edouard Philippe a également précisé qu'il y aura une "revalorisation légale".

BFMTV - RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !