Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: DR / Capture d'écran Youtube BFMTV - RMC
Jean Castex premier ministre crise sanitaire covid-19 ski gérald darmanin loi sécurité globale police

Premier ministre

Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV

Le Premier ministre Jean Castex était invité sur BFMTV et RMC ce mercredi 2 décembre. Il a répondu aux nombreuses questions de Jean-Jacques Bourdin sur l’actualité politique et sur la crise sanitaire.

 Jean Castex a confirmé qu'il n'y aura plus besoin d'attestation pour se déplacer en journée à partir du 15 décembre. En revanche, il en faudra une pour se déplacer le soir suite à la mise en place du couvre-feu.

Le Premier ministre a précisé que des "contrôles aléatoires aux frontières", des tests et une quarantaine de 7 jours seront mis en place pour les Français allant skier à l'étranger. L'objectif est d'« empêcher les Français d'aller se contaminer » ailleurs :

« On va instaurer une quarantaine avec les préfets limitrophes, il y aura des contrôles aléatoires à la frontière. Vous serez placés en quarantaine de sept jours et vous subirez des tests. La conclusion à en tirer est que je ne vais pas en Suisse. C’est mon devoir de protéger mes concitoyens et d’autres pays n’ont pas la même conception, c’est leur droit ».

Concernant l'harmonisation européenne pour les stations de sport d'hiver, Jean Castex a fustigé des « lacunes » au niveau européen, mais ne désespère pas de trouver un compromis avec les pays frontaliers.Jean Castex a confirmé que les remontées mécaniques resteraient closes.

Emmanuel Macron avait annoncé mardi que le gouvernement envisageait de prendre « des mesures restrictives et dissuasives » pour empêcher les Français d'aller skier à l'étranger à Noël.

Jean Castex a aussi indiqué qu’il avait proposé aux cultes de passer d'une limite de 30 personnes, à une « jauge de 6m² par fidèle ». Le Premier ministre a révélé que des « règles particulières » pourraient être instaurées pour les messes de Noël, avec un « desserrement de la jauge par exemple, en vertu d'un protocole spécifique ».

Jean Castex a évoqué la mise en place de campagnes massives de tests après les fêtes, « peut-être même avant, nous y travaillons » :

« L'idée ce serait de travailler par expérimentation, avec l'idée, expérimentée dans d'autres pays, de tester massivement sur une aire urbaine assez dense. Cela va nous permettre, de mieux connaître cette maladie. Quels sont les quartiers les plus concernés, les plus populations les plus concernées, les lieux de vie les plus concernés. On va pouvoir en tirer des enseignements curatifs, préventifs ».

Jean Castex a confirmé que le public ne pourra pas assister à des matchs dans les stades :

« Il faut rappeler que ne se pratique comme sport collectif dans les stades que le sport professionnel. Il ne sera pas possible de rouvrir le sport amateur dans les stades à partir du 15 décembre pour le sport amateur ».

Le sort de la Coupe de France de football semble donc scellé. Jean Castex a concédé que la compétition ne pourra pas avoir lieu, répétant que le sport amateur collectif ne reprendrait pas le 15 décembre.

Sur le plan politique, le Premier ministre a assuré que le préfet de police de Paris, Didier Lallement, et le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avaient « toute sa confiance », malgré les récentes polémiques sur la violence au sein de la police liées à l'évacuation d'un camp de migrants et à l'agression du producteur de musique, Michel Zecler.

Jean Castex s'est dit « très choqué » par les images de la violente agression de Michel Zecler par trois fonctionnaires :

« C'est totalement inadmissible. […] Ce qui m'intéresse, c'est que ces faits ne se commettent pas. Par la formation et l'encadrement, nous devons chercher à améliorer cette situation mais ça ne doit pas nous détourner de l'essentiel, ce qui compte c'est la sécurité de nos concitoyens ».

Le Premier ministre a également réaffirmé son soutien à la loi « sécurité globale » :

« Les parlementaires ont très bien fait de voter cette loi qui comprend d'autres articles que l'article 24. C'est une loi dont la France a besoin pour assurer mieux et davantage la sécurité de nos concitoyens. C'est une bonne loi. Elle va créer une police municipale à Paris, elle va renforcer la coordination avec la police nationale, elle va aussi augmenter de 8% le budget alloué à la justice. […] Notre intention n'était en rien de porter atteinte à la liberté de la presse qui est sacrée ».

BFMTV - RMC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !