Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Flickr/oliviacapel
La belle histoire de Derby, chien handicapé sauvé grâce à des prothèses imprimées en 3D.

Emouvant

Ce chien handicapé court pour la première fois grâce à des prothèses imprimées en 3D

Grâce à cette nouvelle technique, Derby, né sans pattes avant, court entre 3 et 5 kilomètres chaque jour avec ses maîtres.

Voilà une vidéo à même d'attendrir le plus dur d'entre vous. Elle raconte l'histoire de Derby, un chien handicapé, né sans pattes avant, qui a été sauvé grâce à des prothèses imprimées en 3D.

C'est par l'association Peace and Paws Dog Rescue de Hillsborough où elle avait elle adopté son propre chien, que Tara Anderson, présidente d'une société d'impression, entend parler de Derby pour la première fois. "Je regardais ses photos, écoutais son histoire et je pleurais littéralement à chaque fois. Je devais essayer et essayer encore d’aider ce chien", raconte-elle dans la vidéo.

Son équipe et elle décident d'abord de lui fournir une sorte de charrette pour l'aider à se déplacer. Mais si le système fonctionne plutôt bien, il brime son indépendance et l'empêche d'interagir avec les autres chiens. L'agence finit donc par opter pour la technologie 3D et, grâce à des photos des membres du chien, capturées via un scanner, des prothèses sont rapidement modélisées.

Le résultat ne se fait pas attendre : à peine ses prothèses fixées, Derby se met à courir, et vite en plus, racontent ses maîtres, Sherry et Dom Portanova, encore stupéfaits de cette renaissance. "Lorsque je l'ai vu courir, c'était incroyable, s'exclame Dom Portanova dans la vidéo. Je ne pouvais pas y croire !" Désormais, Derby court avec ses maîtres entre 3 et 5 kilomètres chaque jour et arrive même à les dépasser ! 

 

 

Lu sur Metro News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !