Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran LCI

Persiste et signe

Attentat sur les Champs-Elysées : "Si les policiers n'étaient pas armés, peut-être qu'ils n'auraient pas été visés" lâche Philippe Poutou

"Il y a un engrenage de violence, c'est ça qu'il faudrait arriver à expliquer" a tenté de justifier le candidat du NPA.

Alors qu’on apprenait qu’une fusillade avait eu lieu sur les Champs-Elysées, faisant un mort et deux blessés chez les policiers, jeudi soir, Philippe Poutou, qui passait son oral de 15 minutes dans l’émission politique de France 2, avait expliqué qu’il voulait désarmer la police pour lutter contre les dérives lors des manifestations.

Invité de LCI ce vendredi matin, le candidat du NPA a poursuivi son argumentaire… n'hésitant pas à aller encore plus loin. "Ceux qui tirent, ce sont des gens qui pètent les plombs, qui sont prêts à tuer, qui font un peu n'importe quoi. Si les policiers n'étaient pas armés, peut-être qu'ils n'auraient pas été visés. Plus les policiers seront armés… Il y a un engrenage de violence, c'est ça qu'il faudrait arriver à expliquer".

Alors que la journaliste lui rappelle que les témoins ont affirmé que les policer ont évité un carnage en abattant le tireur, le candidat répond :  "Le carnage est en Syrie, pourquoi on discute pas de ca ? Pourquoi la France vend des armes à l'Arabie Saoudite et au Qatar, qui sont des régimes qui soutiennent les réseaux terroriste internationaux ? Pourquoi il y a des interventions militaires qui provoquent la misère de la population ? On sait très bien que le terrorisme, Daech, ce genre de fascisme totalitaire vient de là-bas. De la misère, de l'oppression. Les première victimes du terrorisme islamique sont les musulmans eux-mêmes".

Lu sur LCI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !