Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Anticipation

Affaire Benalla : la mise en garde prémonitoire de Bruno Roger-Petit

Sur le plateau de BFM TV, en juin 2017, le journaliste, désormais porte-parole de la présidence, alertait sur la nécessité, pour l'exécutif, de ne pas laisser les couacs se multiplier.
Un an avant l'affaire Benalla, Bruno Roger-Petit avait déjà raison. En juin 2017, soit deux mois avant sa nomination au poste de porte-parole de la présidence de la République, le journaliste alertait l'exécutif sur les risquent que constituent les "incidents" au sein de l'exécutif. 
 
À cette époque, la mésentente survenue entre deux ministres, Nicolas Hulot et Stéphane Travert, au sujet des néonicotinoïdes, faisait suite à d'autres phases délicates pour le gouvernement, comme l'affaire des assistants parlementaires au Modem, ou encore l'affaire Richard Ferrand, passé du ministère de la Cohésion des territoires à la présidence du groupe LREM à l’Assemblée nationale. 
 
"Il y a encore des réglages qui ne sont pas faits et qui doivent être faits avant qu'il ne soit trop tard", avait alors estimé Bruno Roger-Petit sur BFM TV, en juin 2017, donc. Il avait aussi prévenu que la presse continuerait à "scruter" tout éventuel faux-pas de l'exécutif. La journaliste avait ainsi averti la gouvernance : "Si dans trois mois, dans six mois ou dans neuf mois, il se produit encore ce genre d’incidents, ça risque d’être beaucoup plus problématique".
Vu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !