Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Discussion

11 novembre : Emmanuel Macron interpellé par une mère de famille sur le "progrès social"

"J'ai deux étudiants, 21 et 24 ans. Ils vont payer pendant combien d'années pour la dette de la France et les retraites de leurs parents", a lancé cette mère de famille au président de la République.

Lors de la commémoration du 11 novembre à Paris, Emmanuel Macron a été interpellé devant la statue de Georges Clémenceau par une mère de famille, membre de la société des amis de Georges Clemenceau. "J'ai deux étudiants, 21 et 24 ans. Ils vont payer pendant combien d'années pour la dette de la France et les retraites de leurs parents qui auront travaillé quarante ans pour avoir une retraite potable ?", a-t-elle demandé au président de la République. "Ils auront tous le droit à une retraite potable et on doit se retrousser les manches pour relever ce beau pays.", a répondu son interlocuteur. 

"J'ai travaillé jusqu'à 67 ans, j'ai commencé à 19 ans. Mon grand-père a fait deux guerres et a travaillé jusqu'à 75 ans. Mais bon c'est pas un progrès social", a poursuivi la mère de famille.

"Le progrès social, c'est celui qu'on peut se payer soi. (…) Je suis pour le progrès social mais celui que l'on sait se construire. Parce que si on honore des hommes comme Clemenceau, car c'est parce que nous aimons un pays qui se tient droit mais qui sait justement construire plus grand que lui-même, mais d'abord se tenir lui-même.", a répondu Emmanuel Macron.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !