Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Des consommateurs sont parfois victimes d'un débit Internet lent et loin des promesses des opérateurs.
©Reuters

Connecting people

Voilà comment déterminer si votre débit Internet est conforme à ce qu’on vous a vendu (et comment réagir si ce n’est pas le cas)

Des consommateurs sont parfois victimes d'un débit Internet trop lent et bien loin des promesses des opérateurs. Voici un guide pratique pour ceux qui ne veulent pas s'arracher les cheveux devant la barre de chargement de leur série préférée.

Pierre  Ledru

Pierre Ledru

Pierre LEDRU travaille dans les télécoms depuis plus de 30 ans. Après une expérience de 10 années, expatrié comme assistant technique aux autorités locales des Télécoms au Yémen, il devient formateur puis formateur-développeur à l’institut de formation Alcatel-Lucent. Il possède une grande expérience de la téléphonie et a suivi toutes les évolutions de la ToIP.

Il est également acteur amateur de théâtre et appartient à la troupe du théâtre de la griffe.

Il est notamment l'auteur de Téléphonie sur l'IP (ToIP).

Voir la bio »

Atlantico : De nombreux consommateurs se plaignent d’un débit Internet trop lent, soupçonnant qu'ils ne bénéficient pas d'un service aussi performant que ce à quoi ils ont souscrit. Quels outils permettent d'en avoir le cœur net ? 

Pierre Ledru : La lenteur (ou la rapidité) est une notion très subjective surtout dans le domaine Internet où elle s’exprime le plus souvent en une unité barbare : le kilobits par seconde (Kbits/s). Cette unité est plus exactement l’expression du débit total, comme pour les fleuves, de la masse des informations numérisées qui circulent de votre équipement (PC, Tablette, Smartphone, Réfrigérateur connecté…) vers l’Internet et vice-versa. On parle de flux ascendant (Upload), ce que vous expédiez vers l’Internet et de flux descendant (Download), ce que vous en recevez. Initialement, dans les années 80/90, les réseaux téléphoniques fixes offraient ainsi à l’usager ordinaire un débit « maximum » de 56 kbits/sec. C’est ici que le terme « maximum » prend toute sa valeur : en effet et surtout aujourd’hui avec la masse des utilisateurs de l’Internet et des objets connectés, nous souscrivons à une offre de débit maximum sans aucune garantie que celui-ci soit disponible en permanence, il est pour ainsi dire anecdotique ou plutôt indicatif, pardon…

Pour avoir une idée plus précise du débit réel dont vous disposez, il existe des applications (pour les équipements fixes et mobiles) dont voici, parmi d’autres, deux exemples faciles d’emploi, TESTADSL et OOKLA. Vous pourrez ainsi procéder à des mesures ponctuelles, réparties sur une journée, créer un historique, calculer une moyenne, comparer voire manifester votre mécontentement auprès de votre fournisseur ou mieux, le féliciter pour la qualité du service qu’il vous rend.

Ce phénomène est-il courant ?

Dire que le phénomène de « débit lent » est courant est sans doute abusif tant il dépend de nombreux facteurs négatifs dont nous sommes parfois inconsciemment responsables. Il ne faut cependant pas oublier la qualité des réseaux d’opérateurs et des investissements en matériels des fournisseurs d’accès Internet (FAI).

Quels sont les facteurs qui peuvent expliquer un débit (trop) lent ?

Tout d’abord le partage du débit à la source; par là il faut entendre pour une connexion ADSL de base à domicile, le fait que plusieurs équipements peuvent simultanément utiliser une partie de la bande passante (le débit) ce qui a pour conséquence naturelle un ralentissement des échanges avec Internet de chaque application engagée. Télécharger une vidéo HD, en écoutant un programme musical en streaming tout en faisant une recherche wiki-quelque chose et cela pour chacun des membres de la famille, fera que les temps d’accès et de téléchargement seront naturellement augmentés. A cela peuvent être ajoutés une éventuelle mauvaise qualité de l’installation et du moyen d’accès aux équipements d’accès au réseau Internet.

Ensuite, le partage de la bande passante globale de vos opérateurs et fournisseurs d’accès entre tous leurs clients ; on ne peut ignorer qu’à la confluence de toutes les connexions à l’Internet il se peut que de l’encombrement se produise. La technique de transport des flux numériques nécessite ici quelques mots simples ; les données numériques quelles qu’elles soient sont transportées sous la forme de paquets IP (Internet Protocol) et orientées par des « machines », les routeurs de paquets. Ce transport est gouverné (entre autre) par un langage informatique, le protocole TCP chargé de sécuriser ce transport, notamment de détecter la perte et/ou le retard dans l’acheminement des dits-paquets. Quand des paquets sont perdus dans une séquence de transport leur réémission est demandée mais, cette réémission entraîne un retard supplémentaire car les paquets correctement transmis doivent attendre les retardataires pour rétablir leur chronologie, ce qui à nouveau induit du retard… Sans aller trop loin dans le détail, il faut ajouter à cela que les paquets sont affectés, lors de leur fabrication, d’un caractère de priorité pour leur traitement, leur orientation pas les fameux routeurs. En règle générale aux différentes priorités sont assignés des artères de transmission dont les débits sont plus ou moins importants, sécurisés, limités.

Quand on constate un débit plus lent que prévu, que peut-on vraiment obtenir auprès de son opérateur ?

C’est probablement le point délicat. Il faudra avoir la preuve d’une défaillance inacceptable du service Internet. Le fournisseur procédera à ses propres tests et mesures et réagira en conséquence pour peu que plusieurs de ses clients apportent les mêmes preuves de ce mécontentement. Cela dit il sera rappelé le caractère indicatif du débit souscrit.

Existe-t-il des techniques pour augmenter son débit ?

Pour ce qui est des paramètres de votre équipement sur lesquels vous pouvez jouer afin d’optimiser votre connexion, des modifications sont possibles mais nécessitent souvent une « déjà » bonne connaissance technique et peuvent apparaitre absconses, d’autant que vous ne serez jamais le maître du réseau ! Là encore, des sites Internet et forums sont accessibles, cependant le dialogue avec votre fournisseur d’accès et les tests que lui-même peut réaliser permettront autant que faire se peut d’améliorer les choses.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !