Réalité virtuelle : la révolution des lunettes intelligentes est pour bientôt | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Un étudiant américain portant des Google Glass, en 2014.
Un étudiant américain portant des Google Glass, en 2014.
©Andrew Burton / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

La Minute Tech

Réalité virtuelle : la révolution des lunettes intelligentes est pour bientôt

Si les premières versions des lunettes connectées n'ont pas rencontré un grand succès au début des années 2010, les fabricants n'ont pas abandonné le marché et de nouvelles modèles bien plus performants vont bientôt pointer le bout de leur nez.

Souvenez-vous. En 2013, Google dévoilait son concept de lunettes affichant des informations en temps réel, en réalité augmentée. Le géant du web promettait d'assister les utilisateurs au quotidien, grâce à ses très nombreux services. En 2016, c'était au tour de Snapchat – rebaptisé depuis Snap - de mettre en vente les Spectacles, des paires de lunettes équipées d'une ou deux caméras (selon les modèles) qui permettaient de prendre des photos, ou enregistrer des vidéos de dix secondes maximum, comme pour l’application.

Dès la sortie des Google Glass, des chirurgiens ont testé la retransmission d'actes chirurgicaux en direct sur Internet. Bien au-delà du simple accessoire, "elles pourraient se révéler dans certains secteurs être un outil révolutionnaire", écrivions nous à l'époque. "Il est impossible d'imaginer tous les champs d'action de cette innovation : médecine mais aussi armée, police, journalisme, sport, industrie, architecture... En fait, tous les métiers qui nécessitent, soit, de prendre des photos ou des vidéos, soit, de consulter des informations sur un écran sont potentiellement concernés", nous avait expliqué le journaliste Jérôme Colombain.

Mais la révolution n'a pas eu lieu. Les lunettes connectées ne se sont pas imposées dans notre quotidien et n'ont pas remplacé les smartphones. Pis, elles ne sont même pas devenues des extensions de nos smartphones : cette place revient à la bonne vieille montre, qui a réussi à se rendre connectée avec le succès que l'on sait.

À Lire Aussi

Comment la réalité virtuelle peut aider à contrôler ses rêves

Pour autant, les industriels n'ont jamais cessé de travailler sur cette technologie. Au contraire, ils l'ont améliorée, avec des stratégies variées, tout en analysant les raisons de leur désamour initial.

C'est le cas d'Amazon, qui a sorti en décembre dernier les Amazon Frames. Leur concept est relativement simple : il s'agit d'une paire de lunettes avec de minuscules petits haut-parleurs et microphones intégrés dans les branches pour que vous puissiez écouter de la musique et commander Alexa. Oui, vous avez bien lu : elles ne disposent pas de caméra, ce qui avait été un grand frein au succès des Googles Glass, du fait d'inquiétudes liées à la vie privée. Autre particularité des Amazon Frames : elles sont livrées avec des verres en plastique de base, mais vous pouvez les emmener chez un opticien pour y monter des verres correcteurs. Avant d'être des lunettes connectées, elles sont donc... des vraies lunettes, vendues 250 dollars sur le site du fabricant.

D'autres fabricants ont poursuivi dans l'idée d'utiliser le verre des lunettes comme d'un écran à la fois infiniment grand, mais aussi utilisable comme support contextuel grâce à la réalité augmentée. Cinq ans après la sortie de son premier modèle, Snap a annoncé en mai dernier la sortie prochaine de la version 4 de ses Spectacles, dotées pour la première fois de fonctionnalités de réalité augmentée. Elles disposent de "doubles écrans 3D à guide d'ondes" qui permettent au porteur de voir et d'interagir avec des objets en réalité augmentée. "Les Lens [les objets rajoutés dans le champs de vision] réagissent rapidement et apparaissent avec précision dans votre champ de vision avec une latence de 15 millisecondes entre le mouvement et le photon, et l'écran s'ajuste dynamiquement jusqu'à 2000 Nits de luminosité pour explorer la réalité augmentée à l'intérieur ou à l'extérieur", indique la société dans un communiqué.  Pour l'instant, la société réserve ces lunettes aux créateurs de contenus, par exemple pour créer des galeries d'exposition virtuelles, mais qui sait ce que l'avenir leur réserve ?

À Lire Aussi

La réalité augmentée au secours des acheteurs en ligne

Facebook aussi travaille à la conception de lunettes connectées – et a même signé un partenariat avec Ray-Ban pour les dessiner. Si la première version de ce nouveau produit est prévue pour cette année, rien n'a encore fuité sur ses capacités. Tout juste sait-on ce que Mark Zuckerberg souhaite qu'elles soient, et ce qu'il veut éviter. Dans une interview à Verge, il a expliqué : "Je pense vraiment que la réalité augmentée ne sera pas bonne tant qu'il n'y aura pas de lunettes d'apparence normale capables de projeter des hologrammes dans le monde. À l'heure actuelle, les lunettes vont d'une monture fine à une monture assez épaisse. Je ne pense pas que nous soyons près d'intégrer toute l'électronique nécessaire dans une monture fine. Mais l'espoir est de pouvoir intégrer cette électronique dans des lunettes d'apparence plus normale au cours de la première moitié de cette décennie".

Pour le patron de Facebook, le problème des lunettes actuelles est que "le plus gros raccourci que beaucoup de gens essaient de prendre est de ne pas faire d'hologrammes complets dans le monde, et de se contenter de montrer des informations au niveau de votre tête. J'appelle cela "mettre une Apple Watch sur votre visage". Personnellement, je ne trouve pas cela particulièrement convaincant. Ce n'est pas un produit que nous sommes particulièrement enthousiastes à l'idée de fabriquer."

Le géant américain aura fort à faire, tant la concurrence s'annonce rude sur le secteur. Apple viserait une sortie de ses lunettes en 2023 (selon des journalistes bien informés, l'entreprise travaillerait actuellement sur leur autonomie et sur leur poids, deux critères importants) et Samsung développe également les siennes. Des vidéos ont fuité montrant les projets du fabricant coréen : deux modèles, dont l'un permettrait de projeter un écran virtuel n’importe où dans votre environnement ; tandis que le deuxième pourrait faire apparaître des objets en réalité augmentée et vous laisser interagir avec.

Les premières lunettes connectées ont-elles été trop en avance sur leur temps ? Les progrès de l'intelligence artificielle et l'arrivée de la 5G seront deux atouts importants pour les nouveaux modèles. Les lunettes ThinkReality A3 de Lenovo, destinées aux entreprises, en sont un exemple, puisqu'elles utilisent les téléphones Lenovo liés pour effectuer les tâches complexes. Finalement, avec ou sans lunettes connectées, nous ne sommes pas près d'abandonner nos smartphones.

À Lire Aussi

France : les ménages retrouvent le moral

À Lire Aussi

2017, l'année où la réalité augmentée s'attaque à nos oreilles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !