Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
MASSENA LAB x L’ÉPÉE 1839 x MB&F montres
©

Atlantic Tac

Quand le tyrannosaure coince la bulle et quand la tortue s’écaille : c’est l’actualité pré-aoûtienne des montres

Mais aussi un festival de bonnes publicités horlogères, une montagnarde qui ne perd pas le nord et des anneaux en huit pour attacher les chevaux…

Grégory Pons

Grégory Pons

Journaliste, éditeur français de Business Montres et Joaillerie, « médiafacture d’informations horlogères depuis 2004 » (site d’informations basé à Genève : 0 % publicité-100 % liberté), spécialiste du marketing horloger et de l’analyse des marchés de la montre.

Voir la bio »

MASSENA LAB x L’ÉPÉE 1839 x MB&F : À l’heure jurassique…

La mode est aux « capsules » (séries ponctuelles ultra-limitées) et aux « collabs » – pour « collaborations » entre créatifs de différentes marques. S’il est un des meilleurs connaisseurs de l’horlogerie contemporaine, l’expert franco-américain William Rohr [il a grandi à Nice, d’où le Masséna dont il a fait le label de son studio collaboratif] s’est fait une spécialité de réinterpréter, pour une communauté d’amateurs de bon goût mécanique, quelques icônes de l’horlogerie contemporaine. Il nous donne à présent sa version de l’horloge de table T-Rex déjà imaginé en duo par le laboratoire créatif MB&F et le pendulier L’Épée 1839. La réinterprétation utilise la même mécanique et le même concept esthétique [une horloge de table zoomorphe, qui évoque irrésistiblement un tyrannosaure, comme ceux de Jurassic Park), tout en rappelant certains engins de la Guerre des étoiles], mais l’acier a été remplacé par du bronze – métal « historique » s’il en est par sa capacité à se patiner, même si ce bronze est ici relativement « stabilisé » pour ne pas tourner au vert-de-gris – et le module horloger joue avec la transparence d’une « bulle » en verre de Murano, parfaitement assortie au bronze du T-Rex. Cette mécanique se remonte par une clé et elle propose hui jours de réserve de marche. Pour un « jouet de garçon », ce T-Rex horloger de 26 cm de haut n’est pas donné (27 000 dollars), mais il n’y en aura que quinze et on peut parier qu’ils sont déjà tous partis et qu’il faudra attendre que les premiers amateurs – early adopters – se lassent pour en trouver sur le marché ou aux enchères. En tout cas, impossible de s’ennuyer avec ce T-Rex sur son bureau : c’est un fantastique accélérateur de conversation !

TAG HEUER : Une plongée estivale…

La collection Aquaracer n’est pas la plus connue, ni la mieux reconnue parmi les classiques de la marque : il est vrai qu’elle porte les valeurs nautiques d’une maison qui ne communique plus que sur la passion automobile ou la connexion. C’est dommage, ces montres sportives et néanmoins chic sont parfaitement légitimes : qu’on se souvienne des exploits de TAG Heuer dans l’America’s Cup ! Les nouvelles Aquaracer de l’été proposent une originalité : leur lunette tournante est traitée en « écaille de tortue », ce qui donne une dynamique appréciable à leur couleur (marron rouge, bleu de mer) et à ce boîtier de 43 mm étanche à 300 m. Ces lunettes en résine high tech constituent une sorte de « première horlogère » et on peut s’attendre à ce qu’elles soient rapidement imitées tellement leur effet est heureux pour réveiller lles codes traditionnels des « plongeuses ». 

CITIZEN : Les montagnards sont là…

L’été, pour les amateurs de montres, il est souvent question de porter au quotidien une tool watch, c’est-à-dire une montre à tout faire et qu’on peut porter partout sans déroger à sa passion – ce qui leur permet de laisser au dans le coffre-fort leurs belles montres, qu’il serait absurde de rayer dans le sable des plages ou en excursion sur les sentiers de grande randonnée. Si cette tool watch, qui doit être, par principe, une montre très accessible en prix, propose des fonctions annexes en plus d’une esthétique décente, c’est le bonheur et c’est le cas de la nouvelle Citizen Promaster Altichron, plutôt orientée vers les activités en montagne : elle résiste à des températures qui descendent à -20°C, elle évalue l’altitude de -300 m à 10 000 m (avec une étanchéité à 200 m), elle peut faire office de boussole et, surtout, elle fonctionne à l’énergie solaire et à toutes les formes de lumière (concept Eco-Drive), avec jusqu’à 330 jours de réserve de marche qui garantissent que la montre ne tombera jamais en panne de pile ! Le tout dans un élégant boîtier en acier teinté de bronze et de chocolat (46 mm) au prix plus qu’intéressant de 499 euros. Au premier regard, la montre peut paraître complexe, mais on apprend à la déchiffrer en quelques minutes…

FERRAGAMO : C’est la dolce vita…

Il n’est pas fréquent que les marques de mode italiennes plutôt typées « femme » parviennent à réussir leurs montres masculines. La maison Ferragamo nous démontre le contraire avec sa collection Evolution, dont le boîtier ovalisé renoue avec la tradition du design horloger des années 1970 mais dont l’élégance très classique du cadran lève haut les couleurs et pour ainsi dire l’« architecture » d’un certain style florentin – n’oublions pas que les racines historiques de Ferragamo se trouvent à Florence. Le tout Swiss Made pour la qualité des finitions, avec un mouvement électronique pour les finitions. C’est formidable : même le logo de la maison en forme de « double Gancini » [l’anneau mural qui servait à attacher les chevaux à l’entrée du Palazzo Spini Feroni, siège historique de la marque à Florence] trouve sa place à huit heures du fait de sa forme de huit : tout compte fait, une montre très virile pour une griffe de mode…

BON À SAVOIR : En vrac, en bref et en toute liberté…

••• @CULTUREMONTRES : si vous vouliez avoir une idée des « plus belles publicités horlogères de tous les temps » (de toutes les marques de tous les pays), ayez la curiosité de jeter un œil sur la nouvelle playlist @CultureMontres de la chaîne images Business Montres Vision. On y découvre plein de bonnes surprises, intelligentes, sexy ou décalées, comme l’amusante vidéo ci-dessous des montres brésiliennes Champion. De quoi améliorer sa « culture montres » au cours de l’été, mais attention : on découvre avec cette playlist que les vidéos horlogères les plus intéressantes sont le plus souvent imaginées par des « petites » marques, ce qui tendrait à prouver que la créativité horlogère est inversement proportionnelle à la réalité des marques concernées (analyse Business Montres du 28 juillet) ••• SALONS HORLOGERS 2021 : il est toujours question de reprendre, au printemps prochain, la tradition des grands salons horlogers qui ont toujours eu lieu en Suisse en début d’année. L’annulation des éditions 2020 avait mis tout le monde d’accord sur la nécessité de ne plus avoir qu’un seul événement fédérateur, dans le même lieu et à la même date. Les horlogers suisses romands étant des Gaulois comme les autres [ils descendent à la fois des Helvètes et des Allobroges : ceux qui ont du mal à suivre n’ont qu’à relire Astérix], ils en sont maintenant à six propositions de salons, dans trois villes et à deux dates ! Un cafouillage ridicule, attisé par les querelles d’égo, l’arrogance des grandes marques et les interférences économiques entre les cantons. On y verra sans doute plus clair à la rentrée. En attendant, un des principaux facteurs de blocage d’une réunification à Genève vient de sauter : la direction du salon Watches & Wonders (groupe Richemont) s’est trouvée débarquée à l’issue de son plein gré et encouragée à partir développer ailleurs des « projets personnels ». Ce qui ouvre la voie à la mise en place, à Genève, d’un grand salon unitaire capable de rassembler toutes les familles de l’horlogerie autour de « locomotives » comme Rolex, Patek Philippe, le groupe LVMH, le groupe Richemont et quelques grands indépendants comme Chopard, Chanel ou Breitling. La montre suisse est un univers impitoyable…

• LE QUOTIDIEN DES MONTRES

Toute l’actualité des marques, des montres et de ceux qui les font, c’est tous les jours dans Business Montres & Joaillerie, médiafacture d’informations horlogères depuis 2004...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !