Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Les Loups gris d'Erdogan à la Une du Point, La faillite Macron est au coeur d'un dossier de Valeurs Actuelles et L'Express s'intéresse à la stratégie de Marine Le Pen pour l'élection présidentielle de 2022.
Les Loups gris d'Erdogan à la Une du Point, La faillite Macron est au coeur d'un dossier de Valeurs Actuelles et L'Express s'intéresse à la stratégie de Marine Le Pen pour l'élection présidentielle de 2022.
©

Revue de presse des hebdos

Marine Le Pen en quête de nouvelles stratégies pour 2022; Dupond-Moretti battu par le RN dans le village de sa mère; Bertrand imagine un ticket avec Pécresse; Hidalgo fragilisée par Pulvar; Les loups gris d’Erdogan infiltrent l’Europe

Et aussi : Régionales, Marion Maréchal était pessimiste avant le premier tour.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

L'Express évoque la stratégie de Marine Le Pen pour la présidentielle. L'Obs s'intéresse à "La République des Consultants" et explique "Comment l'État sous-traite ses fonctions stratégiques au privé". Marianne propose "des solutions pour répondre à l'abstention". Le Point enquête l'organisation, politique et criminelle, Les Loups Gris qu'il présente comme "Les soldats d'Erdogan" présents plus ou moins discrètement dans toute l'Europe. Valeurs donne la parole à Agnès Verdier-Molinier qui détaille ce qu'elle considère comme "la faillite Macron" : endettement, déclassement, promesses non tenues.

Marine Le Pen se cherche une stratégie pour 2022

"Le premier tour des régionales marque un coup d'arrêt dans la progression du RN. La candidate à l'Elysée doit maintenant revoir certains de ses choix." analyse l'Express (6 pages).

Car "le Rassemblement national (RN) serait-il déjà devenu aussi banal qu'un parti de gouvernement, incapable d'attirer ses électeurs ? D'après Ipsos, il s'agit du mouvement politique ayant connu le 20 juin la plus forte abstention". Lors des Régionales  "ce scrutin devait être un tremplin, il est devenu un boulet."

Pour elle, le danger vient moins des adversaires que des concurrents estime l'Express : " "Si Nicolas Dupont-Aignan fait 4 % et qu’Éric Zemmour se lance et fait 2 %, on perd six points et on peut oublier la qualification au second tour", calcule avec inquiétude un lieutenant de la présidente du RN."

Et elle va continuer à se dédiaboliser : " Ses déclarations tonitruantes contre les banques, "le système" et l'oligarchie lui donnaient des airs de populiste d'extrême gauche ? Marine Le Pen s'engage désormais à rembourser la dette française "coûte que coûte" et ne se présente plus comme "antisystème".

"Vous pouvez constater que je ne suis pas sur la même ligne que CNews, qui professe toute la journée que nous sommes au bord de la guerre civile et que l'islam est incompatible avec la République", pointe Marine Le Pen, bien obligée de reconnaître par la même occasion que la chaîne de Vincent Bolloré installe un climat propice à ses idées. "Cette chaîne me recentre", sourit-elle. 

Présidentielle : Marine Le Pen candidate en 2027 ?

Parlant de la présidentielle 2022, un proche de Marine Le Pen, dit, selon Le Point : "Si elle échoue, ce sera de peu. Elle ne sera pas très âgée. Elle pourra présider un groupe de députés à l’Assemblée assez nombreux… Cela peut lui donner envie de tenter à nouveau sa chance en 2027. "

Mais en attendant elle été critiquée en interne pour avoir grondé ses électeurs qui se sont abstenus en grand nombre écrit l'Obs.

"Une réaction qui a ébranlé plusieurs cadres du RN. Confession d’un stratège du parti d’extrême droite : « C’est une honte d’avoir réagi ainsi ! On n’engueule pas les électeurs ! C’est une faute politique, une preuve de fébrilité, de manque de sang-froid. C’est totalement contreproductif. » Un autre enchaîne : « C’est une erreur politique qu’on va payer très cher. »".

Dupond-Moretti  battu par le RN dans son village

Éric Dupond-Moretti  avait déclaré dans les Hauts-de-France, où il figurait sur la liste LREM lors du premier tour des Régionales qu’il n’était pas venu « chasser sur les terres du RN, mais chasser le RN de ces terres »,. Mais il a mordu la poussière.

Pire, dans le petit village de Cousolre, près de Maubeuge où il a grandi et où réside encore sa mère, il a été battu par le Rassemblement National note l'Obs qui souligne : "La liste LREM que Dupond-Moretti portait aux côtés de Laurent Pietraszewski n’a recueilli que 83 voix, derrière celle de l’extrême droite (129) Sébastien Chenu, ex aequo avec celle de la droite (129)".

Un ticket Bertrand-Pécresse à la présidentielle ?

Quel avenir pour la droite se demande Le Point (5 pages). " Ni Xavier Bertrand, ni Laurent Wauquiez, ni Valérie Pécresse n’ont égalé leur score d’il y a six ans, perdant respectivement 12 000, 45 000 et 180 000 voix." note Le Point à propos du premier tour des élections régionales.

L'hebdo ajoute : "L’histoire politique regorge de scrutins victorieux restés sans lendemain. « Il faut être lucide, tempère le député LR du Vaucluse Julien Aubert. Les victoires des régionales de 2015 ne nous ont pas empêchés de planter la présidentielle deux ans plus tard ! » "

Quoiqu'il en soit, si "Pécresse était réélue dans un mouchoir de poche le 27 juin face à la gauche unie, Bertrand caresserait l’idée de lui proposer un pacte à l’américaine : à elle Matignon, à lui l’Élysée. « La tentation, c’est de dire à Pécresse au lendemain du second tour, si elle est affaiblie : “Viens, faisons un ticket !” Mais Laurent Wauquiez ne laissera pas faire et Bruno Retailleau non plus », décrypte un observateur de l’opposition." cité par Le Point. 

Mais "Les électeurs ne se sont pas déplacés pour choisir un candidat à la présidentielle », estime le député LR de l’Essonne Robin Reda, qui souligne que Pécresse a récolté 782 800 voix au premier tour, contre 551 000 voix pour Bertrand et 750 200 pour Wauquiez.

 Le vrai obstacle sur la route de Bertrand, c'est Laurent Wauquiez note Le Point : "Le président sortant de la région Auvergne-Rhône-Alpes a triomphé au soir du 20 juin avec près de 44 % des voix. Pas mal pour un mort-vivant, que ses adversaires décrivaient carbonisé après sa démission forcée de la direction de LR à la suite du naufrage aux européennes de mai 2019." 

Hidalgo, grande perdante à gauche 

"Anne Hidalgo, en pleine gestation de sa candidature pour la présidentielle, comptait sur Audrey Pulvar pour prolonger la dynamique initiée lors des municipales et démontrer que, sous son impulsion, la gauche francilienne était avant tout rose. Pari raté. L'ex-journaliste ne s'est classée que cinquième avec 11 % des suffrages." remarque l'Express.

"Un vrai camouflet pour celle qui avait poussé, voire imposé, son adjointe à la tête de la liste socialiste, comme le confiait un ténor parisien quelques jours avant le scrutin : "Audrey procède directement des ambitions d'Anne : si elle fait un mauvais score, on ne pourra pas expliquer qu'Hidalgo n'a aucun rapport avec ça." Il n'est pas impossible que, à l'automne, après les primaires écologistes, lorsque les vraies tractations commenceront pour dégager un candidat commun, Anne Hidalgo soit renvoyée à son échec francilien".

Etranger

Les Loups Gris d'Erdogan s'infiltrent en Europe

Le mouvement ultranationaliste turc Loups gris, devenu un pilier du régime d’Erdogan, s’infiltre discrètement dans les États membres de l’UE note Le Point (11 pages).

Le 4 novembre 2020, la France a été la première à prendre des sanctions. Un décret a prononcé la dissolution du « groupement de fait dénommé Loups gris ». Le mouvement y est qualifié de « paramilitaire et ultranationaliste ». Le décret précise qu’il est « présent dans plusieurs pays européens, s’identifie au travers de symboles communs, tels que sa dénomination, ses slogans, le drapeau aux trois croissants ainsi qu’un geste de la main symbolisant le loup, signe de ralliement des sympathisants de l’extrême droite nationaliste turque »" ajoute Le Point.

Dans l'Hexagone, la communauté turque compte 700.000 personnes, dont 600.000 citoyens turcs, et 100.000 Français d'origine turque.

En Allemagne cette communauté compte 2,7 millions de personnes dont plus de la moitié sont des citoyens turcs.  "L’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) – le service de renseignement intérieur allemand – alerte chaque année dans son rapport sur la présence de militants turcs radicaux, structurés et regroupés dans des dizaines d’associations. Selon une estimation prudente, ils seraient au moins 18 500, ce qui en ferait le mouvement d’extrême droite le plus puissant d’Allemagne, plus nombreux que les militants néonazis, souligne l’universitaire Kemal Bozay."

 Le Parlement européen préconise aux États membres d’inscrire les Loups Gris sur la liste des mouvements terroristes.  Et l'écrivain Jean-Christophe Grangé explique « Les Loups gris ont un but à la fois politique et criminel ».

France

Régionales : Marion Maréchal était pessimiste avant le premier tour

Marion Maréchal avait prévu les résultats décevants du Rassemblement National avant le premier tour selon l'Obs.

L’ancienne députée FN du Vaucluse, confiait à ses proches : « Je les sens mal pour le RN, ces élections régionales, même si tout le monde me dit que les retours sur le terrain sont bons. » « Je m’attendais à un score décevant à cause de l’abstention et d’un manque de mobilisation de l’électorat RN depuis l’élection présidentielle, qui avait été confirmé aux élections européennes de 2019 et aux municipales de 2020 », explique-t-elle.

Marianne se penche sur l'abstention

Selon l'hebdo, le record de l'abstention serait détenu par Vaux-en-Velin dans le Rhône, près de Lyon. avec 88,3%. A l'opposé, la Corse a beaucoup voté, "seulement" 42,92% d'abstention, soit 24 points de moins que la moyenne nationale. à cause de la compétition entre nationalistes selon Marianne.

Pour faire face à l'abstention, Marianne propose des pistes : la reconnaissance du vote blanc, la proportionnelle intégrale, le vote obligatoire, le vote par correspondance, le RIC (référendum d'initiative citoyenne), l'allongement de la durée du mandat présidentiel (revenir à 7 ans, au lieu des 5 ans actuels.

Abstentions : François Ruffin inquiet pour la démocratie

"68% d'abstention : combien de temps la démocratie peut-elle survivre sans le peuple" s'interroge l'Insoumis François Ruffin sur Twitter.

Le Point lui répond que Ruffin a raison de s'inquiéter : "Les champions de l'abstention, ce sont les 7 millions d'électeurs de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2017 : 75% d'entre eux ont boudé les urnes dimanche".

L'après-PS préparé par Olivier Faure

Le premier secrétaire du PS, Oliver Faure, prépare bien discrètement « l’après-PS », qui passerait par un changement de nom, l’arrivée de nouvelles têtes, un renouvellement des cadres selon l'Obs. Et "Des réunions ont lieu avec des clubs, tels Le Vent se lève ou Rencontre des Justices. Et Faure s’emploie à convaincre les quadras du parti, Johanna Rolland (maire de Nantes), Nathalie Appéré (maire de Rennes), Carole Delga (présidente de l’Occitanie)"

Mais la vieille garde, derrière Stéphane Le Foll et Hélène Geoffroy, résiste. On en débattra sans doute au prochain congrès, prévu à Villeurbanne en septembre.

Alpes-Maritimes : le Rassemblement National soutient une femme

Il y a peu de femmes dans l’entourage de Marine Le Pen, le Rassemblement national, en voici une qui pourrait avoir de l'avenir selon Le Point.

 Alexandra Masson-Bettati avocate niçoise de 49 ans, ex-adhérente de l’UMP (jusqu’en 2015), elle est tête de liste dans les Alpes-Maritimes sous les couleurs de Thierry Mariani, et n’est pas encartée au RN.

Julien Dray apprécie CNews

Julien Dray est un habitué du plateau de CNews, remarque Le Point, une chaîne pourtant critiquée pour favoriser les idées de la droite la plus conservatrice. Mais, l’ex-député socialiste s’y sent très bien. « CNews a une correction absolue à mon égard », assure l’ancien trotskiste.

Les partisans de Yannick Jadot contre Éric Piole

En Occitanie, la liste EELV-Génération.s, arrivée en quatrième position avec 8,84 % des suffrages, ne peut se maintenir. « Un accident industriel », estime l’entourage de Yannick Jadot, qui y voit aussi un échec personnel pour Éric Piolle, le maire Vert de Grenoble. "Il a fait quatre déplacements là-bas". 

L'échec de la France Insoumise

Le refus de s’allier à l’extrême gauche a été payant pour certains socialistes constate Le Point. Exemple avec Carole Delga qui a recueilli 39,57 % des suffrages lors du premier tour des régionales dimanche dernier, caracolant en tête devant Jean-Paul Garraud (RN, 22,61 %). Ou aussi Alain Rousset reparti pour un cinquième mandat avec le soutien du PC.

Stéphane Le Foll, le maire PS du Mans et ancien ministre de François Hollande, note que « l’hégémonie des Verts à gauche n’est plus »

En Occitanie, Carole Delga a refusé toute infusion avec les Insoumis, et une partie de la gauche ne se reconnaît pas dans l’alliance avec Julien Bayou et Clémentine Autain en Île-de-France. « Les Verts et les Insoumis ont un problème avec la République, et une partie de l’électorat socialiste ne se déplacera pas pour eux pour ces raisons », déclare un cacique du PS. Dès le lendemain du premier tour, le président du Printemps républicain, Amine El Khatmi, a même appelé à voter Valérie Pécresse.

"Quand ils partent seuls à la bataille, comme en Occitanie et en Bretagne, les Insoumis terminent loin du seuil des 10 %. Le signe, dit-on chez EELV comme au PS, du « début de la fin » pour Jean-Luc Mélenchon" ajoute Le Point.

La république des consultants

"Depuis une vingtaine d’années, l’État sous-traite une partie de ses missions stratégiques à des prestataires extérieurs. Le recours à ces cabinets de conseil privés, en forte augmentation, fragilise nos services publics aux yeux de l'Obs (12 pages).

" Cela s’appelle « le paradoxe du serpent ». Ou comment l’État paie deux fois des consultants de cabinets de conseil privés. La première pour l’aider à faire des économies. La seconde, pour suppléer aux carences que ces mêmes consultants ont contribué à organiser… tel le serpent qui se mord, et se remord la queue. En pleine pandémie, le gouvernement s’est ainsi retrouvé incapable de conduire seul sa politique sanitaire. Il a dû signer « vingt-six contrats avec des cabinets de consultants en dix mois, soit une commande toutes les deux semaines. Cela représente plus d’un million d’euros par mois », s’étrangle la députée Les Républicains de la commission des Finances de l’Assemblée nationale."

Et il ne s’agit là que de la partie émergée d’un iceberg gigantesque. « L’Obs » s’est plongé au cœur de cette République des consultants, dans un maquis de contrats en stratégie, en organisation, en management, en informatique : plus de 500 commandes passées en trois ans.

Dans une note publiée en avril, le collectif "Nos services publics" un groupe de hauts fonctionnaires estime à 163 milliards d’euros les services que l’État externalise sous forme de délégation de service public (120 milliards) ou d’achats de prestations intellectuelles (43 milliards). 43 milliards d’euros, près de 6 % du budget de l’État et des collectivités locales ! Cette donnée, si spectaculaire soit-elle, ne nous a pas été démentie par le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques.

Étranger

Ziad Takieddine en prison à Beyrouth

"Alors qu’il fuit la justice française qui l’a condamné à cinq ans de prison ferme dans l’affaire Karachi, Ziad Takieddine, 71 ans, est en détention à Beyrouth" écrit Le Point.

"L’intermédiaire, témoin clé et versatile dans l’affaire du supposé financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, fait l’objet d’une plainte pour escroquerie et usage de faux qui lui vaut de dormir en prison depuis le mois d’avril. Une information confirmée par son avocat en France. Takieddine est poursuivi pour avoir tenté de vendre un même bien, dont son appartement londonien, estimé à 4 millions d’euros, à deux personnes distinctes."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !