Les iPhones piratables sont enfin disponibles. Mais à quoi servent-ils ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Apple iPhone
Apple iPhone
©Philip FONG / AFP

La Minute Tech

Les iPhones piratables sont enfin disponibles. Mais à quoi servent-ils ?

L'an dernier Apple avait annoncé la sortie de nouveaux iPhones. Ces appareils devaient être plus facilement piratables afin d'être destinés aux chercheurs en cybersécurité et hackers spécialisés dans la détection des vulnérabilités afin de les signaler aux fabricants. Le programme Security Research Device (SRD) d’Apple a fait de l’iPhone piratable une réalité.

Jérôme Durel

Jérôme Durel

Jérôme Durel est journaliste et responsable éditorial pour le groupe Humanoid, éditeur de FrAndroid et Numerama. 

Voir la bio »

Atlantico.fr : Les iPhones piratables sont enfin disponibles. Mais à quoi servent-ils ?

Jérôme Durel : Apple a toujours eu la réputation de verrouiller ses iPhones tel des coffres-forts mais c’est désormais un lointain souvenir depuis la sortie d’appareils piratables. L’intérêt ? La découverte de failles inédites par des hackers motivés. 

Quelle est la différence entre les iPhones du commerce et ceux piratables ? 

Ce sont des iPhones qui sont mis à disposition auprès de spécialistes de cybersécurité (comme des hackers) avec comme particularité le déverrouillage de certains verrous de sécurité. Ces spécialistes vont donc avoir accès à des couches plus basses dans le système et dans le matériel afin de découvrir des failles qui n’ont pas été mises au jour auparavant et que Apple n’a pas vu dans ses tests. 

Cela n’a jamais été fait auparavant chez Apple. La firme a toujours eu une volonté de sécuriser ses téléphones le mieux possible et cette nouvelle initiative s’est révélée la meilleure pour trouver de nouvelles failles. Faire appel à des tiers est une solution simple et plus efficace car ce sont des personnes avec des yeux nouveaux qui font face au problème. Apple, aussi grande soit elle, n’a qu’un nombre d’employés limité et les chercheurs en sécurité ont des salaires élevés. 

Faire appel à des personnes extérieures, n’est-ce pas dangereux pour la sécurité ? 

En théorie oui mais comme c’est dans le cadre d’un programme spécifique, tous les chercheurs ayant accès à ces téléphones spéciaux sont sous contrat avec Apple avec des directives particulières. Ils ont interdiction de publier leur faille avant que Apple ne les ait corrigé. Ils ne sont pas autorisés à utiliser leur téléphone autrement qu’à des fins de recherche. De nombreuses directives comme celles-ci font que c’est assez sécurisé. 

Comment se procure-t-on ces téléphones ? 

Il existe plusieurs pré-requis : il faut tout d’abord contacter Apple, être inscris au programme de développeur d’Apple, être majeur, habiter dans les pays éligible dont la France, avoir déjà découvert des failles de sécurité dans des produits Apple et de manière plus générale montrer patte blanche. 

D’autres sociétés procèdent-elles de la même manière ? 

Google a une initiative similaire et la plupart des société de technologie ont des programmes comme celui-ci. Il ne s’agit pas forcément de mettre des produits à la disposition des chercheurs mais ils ont des programmes de recherche en cyber-sécurité où on rémunère les personnes qui décèlent des bugs. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !