Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Les agents de la mairie de Paris veulent travailler moins de 35H; Les déplacements incessants de ministres polluent les préfets; Difficultés financières pour le PS et... l’Eglise catholique ; le nombre de policiers blessés serait sous-estimé
©

Revue de presse des hebdos

Les agents de la mairie de Paris veulent travailler moins de 35H; Les déplacements incessants de ministres polluent les préfets; Difficultés financières pour le PS et... l’Eglise catholique ; le nombre de policiers blessés serait sous-estimé

Plus les milliards du vaccin.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Le Point donne la parole à Édouard Philippe à l'occasion de la sortie de son livre. L'Express interroge le PDG de Total sur l'après-pétrole. L'Obs célèbre les 50 ans du manifeste pour le droit d'avorter. Challenges enquête sur les grands laboratoires qui produisent les vaccins. Valeurs Actuelles s'intéresse à l'islamisme à Trappes. Marianne dénonce l'Allemagne qui "tond la France et l'Europe".

 

Paris, les syndicats veulent travailler moins de 35 heures

 

Cela étonnera certains mais c'est vrai, Anne Hidalgo est à la peine : "Les syndicats représentant les 54 000 fonctionnaires de la capitale, auxquels s’ajoutent 10 000 vacataires et contractuels, ont manifesté leur refus catégorique de travailler 35 heures hebdomadaires, réparties sur l’ensemble de l’année, soit 1 607 heures par an. Car ils bénéficient, depuis des décennies, d’avantages, hors de tout cadre légal, qui leur permettent d’effectuer, en moyenne, seulement 1 552 heures de travail par an, grâce à 8 jours de congé supplémentaires par rapport à ce que prévoit la loi." à lire dans Le Point (5 pages).

 

Les préfets veulent voir moins de ministres

Les préfets demandent à l’exécutif, selon Le Point, que les déplacements des ministres soient limités au strict nécessaire, alors qu’ils sont mobilisés sur le terrain par la gestion de la troisième vague épidémique. 

Plan social au PS

 

Malgré la vente pour 45 millions de son siège historique, rue de Solférino, les comptes du Parti Socialiste sont encore dans le rouge selon Challenges. Déficit de 4,9 millions d'euros en 2019, chute des cotisations (le nombre d'adhérents est passé de 180.000 en 2012 à 35.000), nouveau plan de départs (une dizaine).

 

L'Église a peur de la banqueroute

 

"La pandémie a durement frappé les finances de l'institution catholique, qui va devoir vendre des lieux de culte et pourrait même être obligée de se séparer d'une partie de ses salariés" qui sont 8.000 en France raconte l'Express (2 pages).

 

Exemple avec la Basilique du Sacré Cœur de Montmartre qui a perdu plus de la moitié de ses recettes (vente de cierges et dons divers). les sanctuaires comme celui de Lourdes sont aussi durement touchés : on y a vu 95% des pèlerinages annulés. 

 

Plus de policiers blessés ?

 

"83 fonctionnaires de police auraient déjà été blessés, dont 5 hors

service", selon les statistiques réalisées par le syndicat Alternative Police CFDT cité par l'Obs." Pour la première fois, l’organisation syndicale a décidé de comptabiliser tous les actes de violence commis à l’encontre des agents, une façon de quantifier un phénomène sous-estimé selon eux, même si le ministère dispose de ses propres statistiques".

 

Les milliards du vaccin

 

Étrangement remarque Challenges (12 pages), les cours de bourse des grands laboratoires pharmaceutiques sont à la peine. Pourtant leur marge nette est très forte  de 15 à 25% pour les dix plus grandes multinationales du secteur. Et leurs productions inondent le monde qui en redemande. L'action AstraZeneca, le laboratoire qui a produit le plus grand nombre de vaccins est quasiment au niveau de Sanofi qui n'en a pas produit un seul. Seule exception l'Américaine Moderna dirigée par le Français Stéphane Bancel, elle vaut désormais 48 milliards de dollars, six fois plus qu'avant la crise du Covid.

 

Malgré leurs prix élevés, les vaccins sont rentables pour la France. la campagne française de vaccinations est estimée à 5 milliards d'euros, mais chaque semaine d'activité réduite dans le pays coûte 2 milliards selon Challenges.

 

Un jour férié en mémoire de l'esclavage ?

 

L'ex-LREM, Aurélien Taché, député du Val d’Oise, souhaite créer un nouveau jour férié national le 10 mai, en mémoire de l’esclavage :  cette date correspond à l’adoption de la loi Taubira en 2001 reconnaissant la traite et l’esclavage comme des crimes contre l’humanité note l'Obs.

 

Pascal Praud reçu par Jean Castex

 

L’animateur de L’Heure des pros sur CNews et ses invités permanents comme Yvan Rioufol du Figaro tirent quotidiennement à boulets rouges sur Emmanuel Macron et son gouvernement.  

 

Le Point nous apprend que Praud a été reçu pendant près de deux heures par Mayada Boulos, la responsable de la communication de Matignon Puis, Praud a passé un quart d’heure avec le Premier ministre.

 

Mais jeudi 1er avril, dans son édition matinale, en direct, Pascal Praud est toujours aussi violent et rêve que les technocrates perdent le pouvoir.

 

Marine Le Pen aime bien Olivier Faure

 

« Il n’est pas mauvais, c’est même un bon numéro un du PS », dit Marine Le Pen, à propos d'Olivier Faure, et selon Le Point elle ajoute : « Faure est un républicain, ce qui est plutôt rare chez les gauchistes en ce moment. » estimant qu'il sera candidat à la présidentielle

 

Par contre la présidente du Rassemblement National ne croit pas à une candidature  d'Anne Hidalgo parce que les sondages ne lui seraient pas favorables.

 

Édouard Philippe a eu peur quand il a été nommé Premier ministre

 

"J’ai perdu six kilos en quinze jours, je n’arrivais plus à manger, et oui, j’avais la trouille de ne pas être à la hauteur. Je ne sais pas si c’est original de le dire, mais c’est vrai. Pour tout dire, ce sont plutôt ceux qui ne ressentent pas la peur qui devraient nous inquiéter. Si vous n’avez pas le trac, méfiez-vous !" explique Édouard Philippe, en précisant au Point qu'une fois à Matignon, le trac a disparu.

 

L'ancien Premier ministre s'exprime (11 pages) à l'occasion de la sortie de son livre  Impressions et lignes claires un pavé de 400 pages,  co-écrit avec le député européen Gilles Boyer, son conseiller spécial à Matignon. "Les amateurs de confidences sur le vif à propos d’Emmanuel Macron et de saynètes croustillantes resteront sur leur faim" analyse Le Point.

 

Philippe n'a pas pris de note quand il était au pouvoir : " Je savais que je n’aurais pas le temps d’écrire. La tâche était trop accaparante. Et puis il y a des choses que je considère comme non dicibles. Par exemple, je n’ai jamais trahi le secret des conversations avec le président de la République et je n’ai aucune envie de commencer. Le « nous », c’était idéal pour briser la tentation de l’épanchement." 

 

Le Point demande à Philippe comment il fera fructifier son capital. L'ancien Premier ministre répond : " Il n’existe pas. La popularité est aussi solide qu’une volute de fumée. "

 

Philippe raconte, par ailleurs, qu’à chaque déplacement, il essayait de visiter une partie du patrimoine religieux, des églises de la région où il était. 

 

Pour l'Express (3 pages)  Le livre de Philippe est "un formidable outil de communication qui lui servira de prétexte pour se lancer dans une chevauchée médiatique censée le replacer, le temps d'une promotion, au centre de l'actualité politique."

 

Darmanin et les musulmans de France

 

" Aujourd’hui, une des grandes difficultés que rencontrent les musulmans français vient de ce que certains pays d’origine considèrent leurs diasporas comme leur « propriété »… Or ni la Turquie, ni l’Algérie, ni le Maroc, ni un quelconque État n’a le droit de donner des ordres sur notre territoire ou de se sentir « propriétaire » des musulmans en France… alors même que ces derniers sont très largement français, et ce souvent depuis plusieurs générations. Lorsqu’il s’agit de dialoguer avec les musulmans français, il faut que nous les considérions pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire des Français et non pas des individus enfermés dans leurs origines. " explique Darmanin au Point (3 pages).

 

Le ministre de l'Intérieur dénonce, au passage, le gigantisme du projet de mosquée à Strasbourg : " Je constate que cet édifice – qui entend devenir la grande mosquée d’Europe – représente tout de même 6 900 mètres carrés de surface au sol avec une salle de culte, ce qui est bien normal, mais aussi 27 coupoles, deux minarets de 36 mètres de haut, un centre socioculturel, un centre éducatif, un restaurant communautaire et 600 places de parking… Bref, c’est en réalité un quartier tout entier qui est « communautarisé ». 

 

Islamisme : reportage à Trappes

 

Territoire perdu pour les uns, ville à parfaire pour les autres, Trappes fait l’objet de tous les fantasmes. Valeurs Actuelles a enquêté sur cette commune "où l’on ne vit plus tout à fait à la française".

 

L'hebdo rappelle qu'en juillet 2013, à Trappes, à la suite d’un contrôle de police visant une femme intégralement voilée, quelques centaines d'habitants du quartier s'étaient jetés à l’assaut du commissariat de police. Le siège avait duré plusieurs heures et nécessité, côté police, près de 700 tirs de grenades et cartouches de Flash-Ball. Un hélicoptère avait également été mobilisé.

 

Selon Valeurs "Trappes n’est pourtant pas une de ces zones de non-droit dans lesquelles la police craint de se rendre. La ville, qui bénéficie depuis 2001 d’un vaste programme de rénovation urbaine pour un montant de 360 millions d’euros, tend à s’aligner sur les standards bourgeois de Saint-Quentin, une commune voisine."

 

Dans cette commune de 32 000 âmes, l’islam occupe une place centrale : " Une note de la cellule départementale de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire (Clir), rattachée à la préfecture, indique que 250 signalements pour radicalisation ont été examinés en 2020, dans les Yvelines."

 

L'Unef : de la lutte des classes à la lutte des races

 

"La gauche se déchire au sujet de ce syndicat étudiant, qui organise des “réunions non mixtes pour personnes racisées”. Comment cette ex-pépinière du Parti socialiste en est-elle arrivée là ? C’est un syndicat centenaire dont les anciens ne comprennent plus la langue. Une organisation commune à toutes les gauches qui n’en reflète plus que les fractures. Un mouvement étudiant en perte de repères, accusé d’avoir troqué la lutte des classes contre « la lutte des races »" explique l'Obs (5 pages).

 

Affaiblie par des polémiques et assiégée de toutes parts, l’Union nationale des étudiants de France (Unef) traverse l’une des pires crises de sa longue histoire. En cause : les réunions réservées aux militants « racisés ». "Pour ses partisans, à gauche et dans la mouvance décoloniale, elles sont un outil militant fort utile dans un pays refusant de s’attaquer aux discriminations raciales. Pour ses détracteurs, du gouvernement au Parti socialiste en passant par SOS Racisme, elles sont le signe que l’antiracisme s’égare, une forme de séparatisme, les prémices d’une ségrégation raciale qui ne dit pas son nom."

 

Loyers impayés : hausse de près de 50%

 

Baisse de revenus, chômage…. pour de nombreux ménages, la crise sanitaire se traduit par une détérioration de leur situation financière et donc pour beaucoup de locataires par des difficultés à payer leur loyer. En 2020 le montant des impayés s’est accru de 15 % selon l’Agence nationale pour l’information sur le logement (Anil). La hausse atteint même 47 % en décembre 2020 par rapport à décembre 2019 souligne Le Point.

 

L'anniversaire du manifeste pour l'avortement

 

"Le 5 avril 1971, « le Nouvel Observateur » faisait grand bruit avec un manifeste pour la légalisation de l’avortement qui rassemblait les signatures de 343 femmes (en fait 342, puisque le nom de l’écrivaine Liliane Siegel y figure deux fois)." rappelle l'hebdo qui est devenu depuis l'Obs.

 

L'Obs rend hommage (32 pages) "à toutes celles qui ont pris le risque d’être ostracisées" et revient sur la genèse de cette pétition, dans un contexte où l’avortement clandestin tuait 5 000 femmes par an" tout en expliquant que cinquante ans plus tard, on avorte encore dans le silence en France et dans l’ombre en Pologne, où ce droit recule, comme dans de nombreux pays.

 

Les meilleurs cabinets d'avocats

 

On connait les numéros Spécial Vins, ou Spécial Immobilier, il y a aussi un spécial Avocats publié pour la troisième fois par Le Point (12 pages) avec un palmarès des "Meilleurs cabinets d'avocats"

 

L'après-pétrole vu par Total

Pour l'Express " Le virage est spectaculaire. Le changement de ton l'est tout autant. Au terme d'une année mouvementée pour les grands noms du pétrole, le PDG de Total, Patrick Pouyanné, entend prendre "un autre chemin" et se positionne désormais comme un acteur de l'électricité et des renouvelables".

Pouyanné évoque entre autres le prix du pétrole qui le surprend : "Si les cinq dernières années nous ont appris une chose, c'est bien qu'il n'y a pas de cours "normal" du pétrole. Nous sommes passés d'un monde où le prix du brut semblait durablement installé entre 80 et 100 dollars le baril, à une séquence inédite, qui a vu les cours chuter à moins de 20 dollars dans les premières semaines de la pandémie, avant de remonter aujourd'hui autour de 60 dollars... On le voit bien : ce qui caractérise le marché pétrolier, c'est avant tout son extrême volatilité, et il nous faut vivre avec cette nouvelle réalité." 

Le PDG de Total reconnaît que la pandémie n'avait jamais été envisagée par son groupe : "Dans notre métier, nous passons beaucoup de temps à établir une cartographie des risques. Et bien je le reconnais, aucun d'entre nous n'avait imaginé le scénario d'une gigantesque pandémie, provoquant en quelques semaines la mise sous cloche de l'économie mondiale." 

 

Pouyanné expose son nouveau projet pour Total : "je veux être capable de réduire effectivement les ventes de produits pétroliers de 30 % en Europe dans la décennie à venir, et de construire 100 GW de capacités électriques renouvelables - l'équivalent de plus de 50 centrales nucléaires. Et je serai jugé là-dessus." 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !