Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Le gouvernement ne veut pas dire pourquoi il ne ferme pas les frontières, les Français ne veulent pas rembourser la dette publique; Multiples promesses de l’ARN, multiplication des charlatans aux méthodes « naturelles »
©

Revue de presse des hebdos

Le gouvernement ne veut pas dire pourquoi il ne ferme pas les frontières, les Français ne veulent pas rembourser la dette publique; Multiples promesses de l’ARN, multiplication des charlatans aux méthodes « naturelles »

Et aussi : Arié Halimi, l’avocat pseudo anti-raciste. L'Algérie et la France face à leurs souvenirs.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

L'Express s'intéresse aux charlatans du Covid. Marianne estime que la crise sanitaire va durer, et qu'il faut s'y faire. L'Ob se penche sur "Nos mémoires d'Algérie" à l'occasion de la sortie du rapport de Benjamin Stora remis au président de la République. Valeurs actuelles revient sur l'agression du collégien âgé de 15 ans, à Paris. Le Point, très optimiste, explique comment l'ARN va changer nos vies, après avoir été utilisé dans les nouveaux vaccins contre le coronavirus. Comme d'autres, Challenges s'inquiète : l'argent magique, qui va rembourser ? Les Français ne sont pas motivés indique un sondage.

Covid : Macron et le dilemme des frontières

"Avant que les variants chamboulent les plans du gouvernement et que le Conseil européen se réunisse le 21 janvier, la France restait l'un des derniers pays intégrés à n'avoir pas encore durci ses conditions d'entrée sur son territoire en imposant un test aux voyageurs en provenance de l'Union européenne (UE), contrairement à l'Allemagne, l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas, la Grèce, l'Espagne ou encore le Portugal, qui demandaient à leurs frontières des tests PCR" note l'Express (3 pages). 

On ne trouve pas d’indication sur ce que pense vraiment Macron, car, « on ne se risque pas à philosopher sur l’état d’esprit du président dans la majorité" souligne l'hebdo : "les refus à nos demandes d’entretien s’enchaînent à quelques jours d’un possible troisième confinement."

Dette : les Français ne veulent pas payer

Challenges évoque la dette de la France qui ne cesse de se creuser (12 pages) et publie un sondage Odoxa-Aviva pour Challenges et BFM Business : seuls 7 % des Français sont pour le remboursement de la dette. A l’inverse, ils sont un tiers à soutenir qu’il "ne faut tout simplement pas rembourser la dette Covid". Parmi les autres,: 30 % sont prêts au remboursement, mais en l’étalant dans le temps ; et 39 % sont pour rembourser "une bonne partie avec une contribution exceptionnelle des grandes fortunes" ...

Les promesses de l''ARN messager

"À l’étude depuis des décennies, la technologie de l’ARN messager, à qui l’on doit les premiers vaccins anti-Covid, promet de tout guérir, ou presque" Le Point (la Une + 12 pages dont 6 d'interviews) est totalement euphorique.

Outre son utilisation dans les vaccins "l’ARN promet à terme de soigner une kyrielle de maladies, comme la mucoviscidose, les cancers et même les maladies neurodégénératives ! Comme surgi de nulle part, l’ARN messager aurait le pouvoir de tout guérir… Abracadabra ? En réalité, avec la pandémie, l’ARN messager a piqué un sprint, à la fin d’une course engagée depuis des décennies".

L'hebdo a interviewé (4 pages) Katalin Kariko, une chercheuse Hongroise émigrée aux USA, vice-présidente de BioNTech, la société allemande associée à l'Américain Pfyzer, dans le vaccin actuellement répandu en Europe, qui utilise la technologie qu'elle a développé. Beaucoup voient aujourd’hui en elle un futur Prix Nobel. 

Le Point évoque une nouvelle ère de la médecine, car depuis deux ans, les premiers médicaments à base d’ARN interférent (ARNi) font des prouesses comme l'explique le Pr David Adams, qui est à la tête du Centre national de référence des neuropathies amyloïdes à l’hôpital Bicêtre, et se réjouit des progrès thérapeutiques de l’ARNi sur l’amylose hépatique héréditaire (interview 2 pages).

Le Covid a, lui aussi, ses charlatans

"Le Covid-19 n'aura pas été une mauvaise nouvelle pour tout le monde. Ils s'appellent Thierry Casasnovas, Tal Schaller ou Jean-Jacques Crèvecoeur, et ont vu leur audience exploser en 2020. Ces nouveaux "gourous" manient les discours complotistes au sujet des vaccins qui viseraient à nous injecter des nanopuces ou à réduire la population mondiale. Niant l'épidémie, ces guérisseurs assurent qu'il suffirait de "booster" son système immunitaire avec des aliments naturels." raconte l'Express (6 pages).

Selon Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, "le gouvernement semble, enfin, avoir pris conscience de l'ampleur du phénomène. Il était temps, car si ces discours sont produits par une petite base militante, ils infusent dans une société française qui, très portée sur l'homéopathie ou la naturopathie, fait déjà la part belle aux médecines alternatives."

"On a observé ces derniers mois une explosion du nombre de coachs de vie et de développement personnel, la multiplication de stages, que ce soit de chamane, de danse tantrique ou de massages holistiques. Le Covid-19, c'est du pain bénit pour ces individus", alerte le commissaire Éric Bérot, qui dirige l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). La Miviludes (mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) de son côté indique avoir reçu l'an dernier plus de 500 signalements, en nette hausse par rapport aux années précédentes.

La presse féminine, est terreau fertile pour les pseudosciences ajoute l'Express : " Femme actuelle n'a par exemple pas hésité à faire la promotion des "huiles essentielles vraiment efficaces durant l'épidémie de Covid-19" : celles qui assainiraient l'atmosphère, qui tiendraient à distance l'infection, voire lutteraient contre les premiers symptômes."

Vivre avec le virus

"Mutants incontrôlables, vagues à répétition, immunité́ illusoire... Nous avons basculé dans une autre époque. Plutôt que de nous figer régulièrement en espérant en finir, il va falloir désormais apprendre à̀ vivre avec le virus" Marianne (12 pages) se veut lucide et réaliste : "Avec ce virus persistant, des dégâts durables sur l’économie sont à̀ prévoir. Moins de production, moins de consommation, plus de télétravail. La “stagnation séculaire” guette."

Si le virus s'installe il va falloir adapter le système de santé : "Quand l’hôpital vacille, la France confine. Voilà résumée la logique appliquée depuis onze mois lorsque le nombre de patients en réanimation s’affole. Une situation intenable si, sous l’effet de mutations répétées, le virus s’installait pour longtemps. Alors, comment faire pour éviter de se heurter inlassablement au fonctionnement à flux tendu ? « L’urgence absolue est de rouvrir des lits, mais pour ça, on a besoin de personnel », lâche Sophie Crozier, neurologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, et membre du collectif Inter-Hôpitaux.

Test Coronavirus : une facture énorme

Payants dans beaucoup de pays, les tests Covid sont gratuits en France souligne l'Express. Chaque test PCR coûte 74 euros à la Sécurité sociale qui les verse aux laboratoires. La facture approche déjà 3 milliards d'euros, et la crise n'est pas finie.

Le Royaume Uni manque de personnel médical

Selon l'Express, face au coronavirus il manque 80.000 soignants en Angleterre.  Résultat : sur les sept hôpitaux de campagne montés en toute hâte pour recevoir 10.000 malades, un seul fonctionne, mais au ralenti. Ceci alors que les hôpitaux, eux, sont totalement débordés

Arié Halimi, avocat de la gauche radicale

Dans l'Obs, portrait (3 pages) d'Arié Alimi, 44 ans, avocat de Mélenchon, dénonciateur du "racisme d'Etat" membre du bureau national de la Ligue des Droits de l'Homme, il est la figure montante de la gauche radicale selon l'Obs (3 pages). Quand l'Obs veut l'interroger il s'inquiète : "Je sais comment ça va se passer. Votre papier, quelqu'un va le réécrire derrière vous." et il veut connaître les noms des directeurs du journal.

En novembre 2019, il est l'un des premiers à signer l'appel à marcher contre l'islamophobie, dénonçant les lois liberticides contre les musulmans. Après la décapitation de Samuel Paty il explique sur Twitter : "la réponse exclusivement répressive et stigmatisante menée depuis 2015 est source de terrorisme".

Il doit en partie son audience politique à Cécile Duflot,l'ex-patronne des Verts, actuellement à la tête de l'ONG Oxfam, dont il est devenu le compagnon écrit l'Obs.

Delfraissy agace l’Elysée

« Il est quand même incroyable Delfraissy ! Il préconise l’auto-confinement des personnes âgées, mais dans ce cas, qu’il se l’applique à lui-même ! Que fait-il sur les plateaux télé ? » réagit, après une longue interview  du président du conseil scientifique sur BFM TV, le 24 janvier, un ministre proche de Macron cité par l'Obs.

Selon l'hebdo le gouvernement  juge trop alarmistes ses analyses : « jamais une note positive ».

Hidalgo crispe les Verts

La maire de Paris a choisi Pierre-Yves Bournazel, proche des macronistes, pour lui confier la présidence de la nouvelle commission « Environnement, climat, biodiversité, propreté ». Les Verts l'ont très mal pris, ils pensaient que ce poste leur reviendrait naturellement souligne Le Point. 

Une femme contre Hidalgo et Le Pen ?

Pour contrecarrer l'éventuelle percée dans les sondages d’Anne Hidalgo et les maintien des positions de Marine Le Pen face à la présidentielle, l’idée de nommer une femme à Matignon avant 2022 fait à nouveau son chemin au sein de LREM, si la crise sanitaire venait à s’apaiser selon Le Point.

L'Algérie et la France face à leurs souvenirs

Environ sept millions de personnes auraient, en France, un lien avec l’Algérie. Malgré cessez-le-feu du 19 mars 1962 dans les têtes, dans les corps, la guerre ne s’est pas tue pour les Immigrés, pieds-noirs, harkis, anciens soldats, enfants et petits-enfants estime L'Obs (copieux dossier de 14 pages). L'historien Benjamin Stora vient de remettre son rapport au président de la République, l'hebdo a rencontré des écrivains, des artistes, des intellectuels sur les deux rives de la Méditerranée.

« Mon grand-père s’appelait Khermiche Ould Cadi » explique Arnaud Montebourg à « l’Obs » qui évoque l’arrestation de ce grand-père, qui « jurait en arabe et portait un béret » l’arrivée des parachutistes dans la ferme de mon grand-père, où des armes avaient été cachées par le FLN, puis son arrestation. Il ne dut sa liberté qu’à son statut d’ancien militaire, au prestige de la famille Ould Cadi, à la Légion d’honneur portée haut par ses oncles bachaghas venus le faire délivrer, et à son épouse postière du village, normande, ma grand-mère".

 Montebourg préside l’association France-Algérie, association avait été inspirée par l'ethnologue Germaine Tillion dans le but de réconcilier et unir les deux peuples français et algérien qui ont 132 années d’histoire commune.

Le mathématicien et député Cédric Villani, qui a œuvré pour la reconnaissance de l’assassinat de Maurice Audin par la France, raconte comment sa famille, présente en Algérie durant les 132 ans de colonisation, a vécu sa double identité, parfois comme un « rêve », parfois comme un « fardeau ».Il ajoute que "Mes parents n’évoquaient jamais l’Algérie, surtout mon père qui détestait l’appellation “pied-noir”… Il avait comme tout effacé."

Autre témoignage celui de La chanteuse et comédienne Camélia Jordana, petite-fille de combattants du FLN, pense qu’il faudrait « reconnaître les dégâts causés » par la guerre d’Algérie et la colonisation pour rétablir l’égalité entre tous les enfants de la République.

Marianne s'interroge (3 pages) "L'Algérie veut-elle vraiment se réconcilier avec la France ?" Car "Depuis que Benjamin Stora a remis son rapport sur l’apaisement des mémoires autour de la colonisation et de la guerre, le débat fait rage à Alger. Notamment parce que l’historien exclut toute repentance de la part de la France."

La "roqya” : l'islam a aussi ses charlatans, pseudo-exorcistes

"À Montpellier, un imam est accusé d’avoir agressé sexuellement une femme durant des séances de “roqya”. Réhabilitant un islam rigoriste, cette version musulmane de l’exorcisme, dirigée par des praticiens avides d’argent et souvent issus de milieux radicaux, peut dégénérer, jusqu’à entraîner la mort." explique Marianne (4 pages)

Exemple de cette étrange pratique : Ben Halima Abderraouf a été́ proche du Tabligh, mouvement fondamentaliste né en Inde. Cet économiste, statisticien de formation a ouvert des centres de roqya dans 34 pays, dont la France, avec des traitements pouvant aller jusqu’à̀ 280 €, d’après l’étude de la Miviludes. « La roqya n’est pas véritablement théorisée, c’est plutôt une entreprise individuelle, analyse le politologue Haoues Seniguer, maître de conférences en science politique à̀ Sciences-Po Lyon et directeur adjoint de l’Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman. C’est un islam de marché, une forme d’activisme qui embrasse le nouvel esprit capitaliste : on se fait de l’argent sur le religieux tout en ramenant les gens à l’observance méticuleuse. » Face à̀ ces dérives, certains imams s’attellent déjà̀, sur le terrain, à faire de la pédagogie : "Dans ma mosquée, je donne au moins une dizaine de cours chaque année sur la roqya pour mettre en garde, assure Farid Darrouf. La plupart de nos fidèles ont compris que c'était du charlatanisme".

La gauche phénix ou fantôme ?

Le Point (4 pages) estime que la gauche se réveille : "On la croyait en sursis et vouée à disparaître, mais la gauche française bouge encore, subrepticement. Renaissance d’un phénix, ou errance d’un fantôme entre deux mondes ?"

Ancien ministre de François Hollande, bien que toujours adhérent du PS, n'est pas très optimiste et décrit son parti comme « un quant-à-soi et un microcosme complètement coupé des réalités. Politiquement, le PS n’est plus rien ».

Par contre Anne Hidalgo semble en forme aux yeux du politologue Jérôme Fourquet : « Son potentiel dépasse largement l’électorat des centres urbains. Elle est ancienne inspectrice du travail, fille d’immigrés élevée à la cité de la Duchère à Lyon… Elle peut parler aux enseignants et aux retraités, à la France du soin et de la petite fonction publique, très présente dans les petites villes ».

TF1 : les souvenirs d'Etienne Mougeotte

Ancien patron de TF1, Etienne Mougeotte publie ses mémoires sous le titre "Pouvoirs" remarque Le Point (2 pages). Quelques anecdotes sur les différents pouvoirs que Mougeotte a du affronter.

Exemple : "  Pendant les grèves de 1995, le Premier ministre, Alain Juppé, m’appelle, furieux. Il vient de voir le 20 Heures, qui a rendu compte de manifestations dans toute la France : « C’est un scandale. Vous consacrez vingt minutes du journal aux protestations contre ma réforme ? C’est disproportionné ! » Le ton est violent, mais je ne lui cède rien. Il a d’ailleurs l’élégance de s’adresser à moi plutôt qu’à Martin Bouygues ou à Patrick Le Lay. Michel Charasse, homme de confiance et proche de François Mitterrand, est moins frontal, mais plus menaçant : « N’oubliez pas, mesdames et messieurs les journalistes, que j’ai un dossier fiscal sur chacun d’entre vous ! »"

Qui est le collégien passé à tabac à Paris

Valeurs (8 pages dont 2 pour l'interview de Valérie Pécresse) s'interroge sur le profil  du collégien de 15 grièvement blessé après avoir été passé à tabac, à Paris :  : "D’après les informations du Figaro, confirmées par une source policière, l’adolescent, décrit comme un bon élément par son établissement scolaire, était en possession d’un tournevis au moment de son agression. Craignait-il pour sa sécurité́ ? Était-il dans une logique assumée d’affrontements ? S’est-il laissé embarquer dans une aventure délinquante ? Autant de questions auxquelles devra répondre l’enquête.

Valérie Pécresse a toujours plaidé pour un durcissement de la justice des mineurs. Aujourd’hui présidente de la région Île-de-France, elle a créé́ les brigades régionales de sécurité́ et répond aux questions de l'hebdo : "Nous avons affaire à̀ des barbares 2.0, qui se nourrissent des réseaux sociaux, des jeux vidéo et des séries ; qui se filment, ont des modes opératoires de plus en plus violents " explique-t-elle.

"il ne faut pas de maillon faible. Or, aujourd’hui, le maillon de la justice est un maillon faible. On peut se poser la question de scinder la justice des mineurs entre les mesures d’assis- tance aux mineurs en danger et ce qui a trait au jugement de la délinquance. " Mais retenons la leçon essentielle: sans sanction, il n’y a pas d’éducation.

Même sujet signalé en bas de Une dans Marianne : "Quand les bagarres d'ados tournent à la lutte à mort.

Etranger

QAnon : les États-Unis demandent l’assistance de la France

La France a été saisie, il y a quinze jours, d’une requête de la part du renseignement américain. La direction centrale de la police judiciaire a été chargée de vérifier et de faire remonter les informations sur des complices de QAnon en France écrit Le Point.

Taiwan : les voleurs de sable venus de Chine continentale

La guerre entre la petite Taiwan, et la Chine continentale se joue aussi dans les fonds sous-marins où des centaines de navires chinois venus de Chine communiste volent le sable pour alimenter la production de béton.

Selon cet étonnant reportage du Point (6 pages) près de 100.000 tonnes de sable seraient extraites des fonds marins qui sont ravagés, malgré les efforts des gardes côtes qui tentent de repousser les intrus.

Et d'autres pays sont concernés, car la Chine a interdit l’exploitation de ses fleuves et de ses eaux territoriales, ses mineurs de sable viennent donc piller les fonds marins de pays voisins.

Chine : le mystérieux retour du milliardaire Jack Ma

Le milliardaire chinois Jack Ma, fondateur de l'empire Internet Alibaba (122.400 employés, 881 millions d'utilisateurs mobiles,72 milliards de chiffre d'affaires en 2020) a disparu pendant trois mois. On le pensait en prison, éliminé parce que devenu trop puissant  aux yeux du Parti communiste. Finalement non, le revoilà note Le Point (5 pages).

 « Le fait qu’il n’ait pas présenté d’excuses publiques, comme l’avait fait l’actrice Fan Bingbing en 2018, accusée de fraude fiscale, peut laisser à penser qu’un accord a été trouvé, ou serait sur le point de l’être, avec les régulateurs. Les pires scénarios, comme celui de la nationalisation de son empire, peuvent a priori être écartés, note Le Vent de la Chine, une newsletter spécialisée. Cela a suffi aux investisseurs pour pousser un soupir de soulagement, Alibaba regagnant en l’espace d’une journée 58 milliards de dollars à la Bourse de Hongkong. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !