Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Valeurs Actuelles s'intéresse à la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, Marianne alerte sur l'impact de la pandémie sur la restauration et la rédaction de L'Obs revient sur la technologie de l'ARN messager.
Valeurs Actuelles s'intéresse à la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, Marianne alerte sur l'impact de la pandémie sur la restauration et la rédaction de L'Obs revient sur la technologie de l'ARN messager.
©

Revue de presse des hebdos

La macronie voit Edouard Philippe abîmé; La droite ne sait pas par quel bout prendre le passe sanitaire; Les jeunes sont la catégorie qui apprécie le plus Macron; Le cannabis, 1er employeur de France

Et aussi : la restauration française mourante ?

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

"Les talibans reconquièrent l'Afghanistan" constate Le Point qui se penche sur "La déroute de l'Occident". L'Obs évoque "La révolution ARN Messager" utilisée pour lutter contre le coronavirus, elle devrait, bientôt, servir contre d'autres maladies comme le cancer. Selon l'Express "Le cannabis est le premier employeur de France" et l'hebdo se plonge dans cette "économie souterraine". Marianne s'inquiète pour la restauration française qui serait menacée de mort par le manque de personnel. Valeurs dénonce "L'impasse sanitaire" et estime que le pouvoir "se noie et hystérise la société."

Macron compte toujours sur Édouard Philippe

L’ancien Premier ministre, Édouard Philippe, est « condamné à soutenir » la candidature du chef de l’État à la prochaine présidentielle, assure-t-on dans le premier cercle de la macronie selon l'Obs.

Un conseiller observe par ailleurs que « le statut de recours d’Édouard s’est abîmé. Il aurait dû accepter d’être l’animateur de la majorité comme le lui avait proposé le président lorsqu’il a nommé Jean Castex pour lui succéder à Matignon »

Mais "Edouard Philippe aura pourtant « toute sa place, et même une place de choix » dans l’organisation de la campagne présidentielle et dans la transformation envisagée de La République en Marche en machine de guerre électorale fédérant tous les comités de soutien."

Face au variant delta, Macron cogne fort, la droite patine

"Face à l'expansion du variant delta, le président cogne fort" analyse l'Express après l'intervention présidentielle lundi 12 juillet : "Tests PCR payants en octobre, passe sanitaire obligatoire dans les lieux de culture et de loisirs dès le 21 juillet, puis dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, hôpitaux, transports à partir du mois d'août... "Partout, nous aurons la même démarche : reconnaître le civisme, et faire porter les restrictions sur les non-vaccinés, plutôt que sur tous", déclare Emmanuel Macron". 

" Il restera de cette adresse aux Français une volonté assez explicite de sévir. "De montrer que les minorités ne font pas la loi dans ce pays", glisse un ancien très proche conseiller d'Emmanuel Macron au Palais."

Résultat selon l'Express (1 page) : " La droite en est réduite à s'interroger sur la mise en œuvre du passe sanitaire... et peine à contre-attaquer le chef de l'État. La voilà cornérisée : "Nous ne sommes ni complotistes ni antivaccins, et nous sommes aussi attachés à l'ordre qu'aux libertés, confie un haut dirigeant LR. C'est très dur de trouver le ton juste. Si on cogne, on nous met dans le même sac que La France insoumise et le Rassemblement national. Mais on ne peut pas non plus s'aligner totalement sur lui." 

Macron joue la carte jeunes avant 2022

"Depuis le début de la crise sanitaire, le président de la République multiplie les marques d’attention à l’égard de la jeunesse. Une manière de souligner qu’il est en prise avec son époque et de se projeter vers 2022."

Macron, populaire chez les jeunes ? Oui selon l'Obs (4 pages) : " Il a beau les avoir confinés, les avoir privés de bars et de clubs, avoir fermé les universités et ne pas être très client des crop tops à l’école, depuis des semaines, les enquêtes d’opinion se succèdent et un enseignement s’impose : le président engrange du soutien chez les juniors. Dans un récent baromètre Odoxa, son action est jugée de manière positive par 52 % des 18-24 ans. « C’est la seule tranche d’âge dans laquelle il obtient une majorité de jugements positifs », souligne Gaël Sliman, président de l’institut Odoxa."

Pourquoi cette popularité ? L'Obs répond : Après une première partie de quinquennat où il s’était attaché à cadenasser sa communication, le président l’a jouée cool et sympathique, s’ouvrant aux nouveaux supports. Pour parler aux jeunes, il est allé les chercher sur leur terrain. Au média en ligne Brut, il a donné une interview, répondant du tac au tac sur les violences policières ou l’écologie. Il a parlé au youtubeur Hugo Décrypte, s’est démultiplié sur Snapchat et TikTok. Avant de recevoir à l’Elysée les influenceurs McFly et Carlito pour un duel d’anecdotes. Pas très présidentiel ? Et alors, répond l’Elysée : la vidéo a été visionnée plus de 15 millions de fois."

Le cannabis premier employeur de France

"La classe politique française rechigne à se prononcer sur la légalisation du cannabis. Et laisse ainsi prospérer un trafic dont le chiffre d'affaires aurait atteint en 2017 "1,2 milliard d'euros"  selon une estimation de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) constate l'Obs (6 pages).

Un trafic qui emploie près de "200 000 personnes." estime l'Obs dans un titre, mais le texte est plus prudent "Entre 150 000 et 200 000" reconnaissant qu'il "ne s'agit que d'une estimation."

En tout cas le cannabis serait " Devant les Carrefour, EDF, BNP Paribas ou Renault, dont le nombre de salariés en France dépasse rarement la barre des 100 000. Seules La Poste (210 000 salariés en France) ou la SNCF (152 000) peuvent rivaliser."

Le débat sur le cannabis revient régulièrement (et vainement) dans l'actualité politique : "Fin mai encore, une quinzaine de députés de tous bords ont déposé une proposition de loi prônant une légalisation sous contrôle. Pas question pour Emmanuel Macron, ni pour son ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, engagé dans une médiatique chasse aux "points de deal". 

La restauration française "mourante" ?

Marianne lance un cri d'alarme (9 pages) : la survie de la restauration française serait menacée. Elle manque de personnel, le travail y est considéré comme trop dur, les jeunes ne supportent pas ses contraintes : " à la moindre remarque, ils rendent leur tablier, sachant très bien qu’ils peuvent trouver du travail ailleurs... " explique un restaurateur."

Les employés de la restauration " ne veulent plus avoir un rapport sacrificiel au métier alors que ma génération
était prête à travailler à̀ genoux pour une poignée de francs. Les temps ont changé́. Être payé 1 450 € net par mois comme commis de cuisine, ce n’est plus possible : vous n’avez pas de vie sociale, vous ne finissez pas le mois et vous ne pouvez pas vous loger dans une grande ville." reconnaît le chef Thierry Marx

 Mais un autre chef, Alain Ducasse ne partage pas ce catastrophisme : " Je veux d’abord saluer l’effort sans précédent que les pouvoirs publics ont accompli en faveur de notre profession. Je ne crois pas qu’il y ait un seul pays au monde qui ait fait autant. Lorsque je ne suis pas content, je le dis, mais lorsque l’État fait bien les choses, je veux aussi le dire. Il faut arrêter de se complaire dans le catastrophisme. Il y avait des hôtels et des restaurants en France avant la pandémie, il y en aura après. Est-ce que ce seront exactement les mêmes ? Probablement pas."

Larcher veut une "équipe de France" pour la présidentielle

Gérard Larcher c'est "l’homme qui tire les ficelles à droite pour convaincre les candidats de constituer une « équipe de France » avant la fin de l’été. Et faire chuter la maison Macron" d'après Le Point (4 pages).

"L’« esprit d’équipe » qu’il rêve d’insuffler à sa famille politique pour départager les candidats en lice pour la présidentielle, Gérard Larcher l’a découvert lorsqu’il était jeune vétérinaire de l’équipe de France d’équitation, médaillée d’or aux JO de Montréal en 1976."

Aujourd'hui " Il s’est assigné pour ambition d’arracher un accord dès cet été pour désigner un seul candidat avant novembre, épaulé par une dream team prête à gouverner. Une machine de guerre pour faire tomber la citadelle Macron, persuadé que la droite va se déchirer."

"D’aucuns le suspectent de vouloir s’imposer in extremis comme candidat de compromis, à la Joe Biden, si la droite échouait à s’entendre. « Bien sûr qu’il y pense ! Bien sûr qu’il se prépare ! » serine un macroniste historique. « Quand Macron a chopé le Covid, il s’est forcément projeté dans le rôle », murmure un conseiller de l’exécutif. Gérard Larcher écarte l’hypothèse : « Tout le monde rêve d’être candidat, sauf moi. »

Copé conseille Pécresse

"Apprenant que Valérie Pécresse envisageait de signer une tribune pour réclamer une primaire de la droite, Jean-François Copé, qui « l’aime bien », lui a téléphoné pour tenter de l’en dissuader." Selon l'Obs, il lui a dit que c’était « une erreur » de cosigner un texte avec d’autres élus que les sondages classent derrière elle dans la course présidentielle. En vain.

" La tribune, cosignée par la présidente de la région Île-de-France, Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau et Hervé Morin, a été publiée le 5 juillet dans « le Figaro »."

Les politiques et leurs "followers"

Marianne fait le décompte du nombre d'abonnés aux comptes Twitter des politiques.  Emmanuel Macron est largement en tête avec plus de 7 millions d'abonnés sur Twitter, et plus de 3,5 millions sur Facebook. En second Marine Le Pen : 2,6 millions et près d'1,6 million. Puis Jean-Luc Mélenchon, troisième :  2,2 millions et 1,1 million. Quatrième ? Anne Hidalgo 1,5 million et 220.000. Cinquième, Nicolas Dupont-Aignan : à peine plus de 250.000 et 300.000. Et enfin, loin derrière, Xavier Bertrand : moins de 190.000 et moins de 70.000.

L'inamovible Le Drian

Dans un an, Jean Yves Le Drian (74 ans) sera resté ministre dix ans sans interruption – à la Défense sous Hollande et au Quai d’Orsay sous Macron –, intégrant ainsi le club des champions de la durée au gouvernement sous la Ve République selon Le Point.

Et "Contrairement à une rumeur, le chef de la diplomatie française, 74 ans, n’a aucune envie de quitter ses fonctions avant la fin du quinquennat."

Les Français prêts à défendre leur pays

"Engagés, soucieux du compromis et patriotes : telle est l’image, à rebours de quelques idées reçues, qui se dégage de l’enquête « Les Français et l’engagement », réalisée par BVA pour la Fondation Jean-Jaurès." souligne l'Obs.

De plus "Près des deux tiers des Français se disent prêts à s’engager pour défendre leur pays en cas de conflit, dont 23 % « certainement ». Et un Français sur deux se dit même prêt à risquer sa vie pour défendre son pays."

L'ARN une nouvelle ère pour l'industrie pharmaceutique

Stéphane Bancel, le Français qui dirige depuis dix ans la biotech américaine Moderna, explique dans l'Obs (interview 4 pages dans un dossier de 12 pages) comment l’ARN messager, technologie aussi révolutionnaire que le numérique, va permettre d’inventer de nombreuses thérapies.

"Cela s’apparente un peu à de la science-fiction, même pour les gens du métier ! Cette rupture est de la même nature que le passage de l’analogique, où il faut tout réinventer à chaque produit, au numérique, où le langage devient unique. En effet, il faut bien comprendre que la molécule d’ARNm – dans le cycle de la vie, et quelles que soient les espèces – est une molécule qui transporte de l’information." précise Bancel.

Google en accusation

Etienne Gernelle, patron de la rédaction du Point, voit, longuement (plus de 3 pages), Google comme une "entreprise malfaisante" en revenant sur une tentative de négociation remontant au 30 septembre 2020. En gros, les éditeurs de presse veulent que Google paie des droits quand il reprend leurs articles, mais Google résiste et étend aussi son emprise à la publicité en ligne.

"Les gens de Google peuvent-ils changer de comportement ? Il y a peu de chances. Le monopole veut se perpétuer et s’étendre. Google est malfaisant non pas parce que ses employés ou ses patrons sont malveillants, mais parce qu’il est un monopole." conclut Gernelle.

Afghanistan La déroute de l’Occident

"Vingt ans après le 11 septembre 2001, les talibans menacent de reprendre le pouvoir à Kaboul." craint Le Point (16 pages dont 7 de reportage sur place)

L'hebdo n'oublie pas  d'évoquer la terrible situation des interprètes et des auxiliaires, ces Afghans qui ont aidé l'armée française, qui a abandonné la majorité d'entre eux sur place. Certains d'entre eux ont déjà été tués, et d'autres sont menacés de mort.

Abdullah Abdullah, L’ancien chef du gouvernement afghan supervise les pourparlers de paix avec les combattants islamiste, reste optimiste. Selon lui « Les talibans ne peuvent pas gagner la guerre ». Il croit les Américains quand ils disent qu'ils vont continuer à soutenir le pouvoir actuel face aux talibans. Et souligne qu'ils "ont déjà dépensé plus de 1 000 milliards de dollars en Afghanistan". 

Chine : le parti communiste est déjà mort

Dans l'Obs (6 pages) Cai Xia, ex-professeure de l’École centrale du Parti aujourd’hui en exil, révèle le vrai visage d’une organisation fossilisée. "Elle explore l’envers du décor, loin des célébrations officielles du centenaire Quelle est la véritable nature du Parti communiste chinois (PCC), qui fête en ce mois de juillet son centième anniversaire ? Comment a-t-il réussi à se maintenir au pouvoir malgré son histoire chaotique ? Et où en est-il aujourd’hui de sa marche vers la puissance ?"

L'Obs a interrogé "cette figure extrêmement rare dans l’histoire de cette organisation : une opposante issue du sérail, qui le connaît à fond et qui n’hésite pas à critiquer vertement ses dérives ainsi que celles de son chef Xi Jinping. Une franchise qui lui a attiré des pressions et des menaces, la contraignant à l’exil il y a plus d’un an. Elle vit désormais aux États-Unis."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !