Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Etablissons un service militaire de formation.
Etablissons un service militaire de formation.
©Reuters

Le Nettoyeur

Face à l'échec de l'enseignement supérieur et les résultats mitigés de l'enseignement professionnel, établissons un service militaire de formation

L'enseignement supérieur en France ne marche pas. Le lycée non plus d'ailleurs. L'enseignement professionnel marche un peu. La jeunesse a besoin de nouveaux horizons. Rétablissons le service militaire, mais au lieu d'en faire une simple année d'entrainement pour bidasses, faisons-en un service de formation.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

Pour tout le mal qu'on dit au sujet de l'enseignement supérieur français (et souvent non sans raison), il y a un secteur qui fonctionne assez bien dont on ne parle pas assez : l'enseignement professionnel.

Il est beaucoup plus facile de trouver un empoi après un BTS qu'après une licence et de nombreuses filières d'apprentissage marchent très bien.

De l'autre côté, nos universités sont perpetuellement en mal-être et en recherche de vocation. Avec d'un côté l'enseignement professionnel et de l'autre les grandes écoles, elles semblent n'enseigner que le “ventre mou” des jeunes que nos lycées produisent. Elles sont tiraillées entre un personnel aux positions politiques souvent gauchistes et des comparaisons internationales avec les Etats-Unis dont il semblent qu'elles ne servent qu'à nous accabler (oui, bien sûr, l'Université de Carpentras III va devenir Stanford).

Le problème est bien connu : des centaines de milliers de jeunes occupent les bancs (surchargés, délabrés) de facs qui ne peuvent pas les encadrer, qui leur enseignent des disciplines non-professionalisantes et qui les engagent dans un purgatoire LMD (ou, pour beaucoup d'étudiants, L-M-M-M) entrecoupé de stages et de jobs McDo jusqu'au sésame d'un CDI qui, comme l'horizon, recule au fur et à mesure qu'on avance vers lui. Et c'est sans parler de la crise du logement, de la précarité, de la qualité des bâtiments, du CROUS et j'en passe et des meilleurs.

Indépendamment de tout cela, tout le monde s'accorde pour dire qu'il y a un problème avec la jeunesse de ce pays. Manque d'horizons. Manque d'espoir. Manque de discipline, peut-être aussi. Manque de ce qu'on appelle parfois “le vivre-ensemble”, et peut-être de ce qu'on appelait autrefois "le patriotisme". Et une solution parfois évoquée pour ce problème, c'est le retour du service militaire.

Donc voici une suggestion : additionnons 2 et 2 pour faire 4.

L'enseignement supérieur en France ne marche pas. Le lycée non plus d'ailleurs. L'enseignement professionnel marche un peu. La jeunesse a besoin de nouveaux horizons.

Rétablissons le service militaire, mais au lieu d'en faire une simple année d'entrainement pour bidasses, faisons-en un service de formation. Après tout, l'armée a besoin pour ses propres besoins de jeunes formés à de nombreux métiers, du garagiste à l'ingénieur.

L'armée a déjà les infrastructures en place pour la formation à de nombreux métiers. En les agrandissant et en y adjoignant ceux qui sont aujourd'hui les enseignants civils, on pourrait former une grande partie de la jeunesse française.

Comme je l'ai déjà expliqué à de nombreuses reprises, l'avenir de l'université, c'est internet. Cela veut notamment dire qu'il est possible à l'armée (ou à n'importe quelle autre institution) de mettre en place des structures d'enseignement supérieur rapidement et à bas coût.

Rien de cela ne devrait forcément se faire en remplacement des institutions d'enseignement supérieur existantes et peut aussi se faire par des partenariats. Après tout, l'enseignement en apprentissage, avec moitié travail et moitié cours, existe déjà.

L'exemple d'Israël, où le service militaire est pour de très nombreux jeunes l'occasion d'obtenir une formation professionalisante, est le modèle à suivre.

Le service militaire aurait les vertus de moralisation de la jeunesse qu'on lui prête. Les jeunes qui feraient leurs études seraient logés, nourris, blanchis, ce qui aiderait déjà beaucoup leur situation. Tous les Français auraient accès à des formations efficaces, formantes, diplômantes. On règlerait pas mal de problèmes de criminalité et de chômage des jeunes et de l'enseignement, d'un coup.

Plus facile à dire qu'à faire, évidemment. Mais ça mérite peut-être d'y réfléchir...

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !