Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Droite : tous contre Bertrand ? Dracon : le tandem Draghi Macron à l’assaut de l’UE: Russie, Chine, Turquie ces puissances qui veulent polluer la présidentielle française.
Droite : tous contre Bertrand ? Dracon : le tandem Draghi Macron à l’assaut de l’UE: Russie, Chine, Turquie ces puissances qui veulent polluer la présidentielle française.
©

Revue de presse des hebdos

Droite : tous contre Bertrand ?; Dracon : le tandem Draghi Macron à l’assaut de l’UE ; Russie, Chine, Turquie : ces puissances qui veulent polluer la présidentielle française

Et aussi : Présidentielle : la droite a trop de candidats et pas assez d'idées.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Xavier Bertrand a uni ses rivaux

Qu’aura réussi Xavier Bertrand après son annonce de candidature dans « le Point » fin mars ?  demande l'Obs : « Avec son interview, et ses propos sur la primaire, Xavier Bertrand a coagulé contre lui tous ceux qui souhaitent… une primaire », analyse, heureux, un autre candidat putatif cité par l'hebdo.. 

Les sarkozystes se moquent de Xavier Bertrand

Selon l'Obs, l'entourage de Sarkozy surnomme Xavier Bertrand Naf-Naf, comme l'un des "Trois petits cochons" de Disney. Car le président des Hauts de France se croit à l'abri dans sa région, mais les sarkozystes seraient bien décidés à contrarier sa candidature présidentielle.

Macron et Draghi, le nouveau tandem qui monte dans l'UE 

"Un traité bilatéral devrait bientôt formaliser le rapprochement ostensible entre Paris et Rome, dans un contexte de fin de règne d'Angela Merkel" note l'Express. Leur tandem a déjà été affublé d'un surnom : "Dracon". Fusion alambiquée de leur nom, inventée par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel. Il faut dire qu'Emmanuel Macron et Mario Draghi, le chef du gouvernement italien, ont habilement mis en scène leurs convergences de vue depuis l'investiture de ce dernier, en février.  

Présidentielle : la droite a trop de candidats et pas assez d'idées

"En 2017, la solution du problème paraissait trop simple : pour la droite, la défaite était impossible. En 2022, elle est confrontée à une équation dont elle pense parfois, à tort, qu'elle est insoluble. Elle a des électeurs, beaucoup d'électeurs. Elle a des candidats, trop de candidats. Elle a des idées, pas assez d'idées. Mais de quoi souffre-t-elle le plus, de ne pas avoir le prétendant idéal ou de manquer de propositions ?" résume l'Express.  

La présidentielle face aux ingérences étrangères

Russie, Turquie, Chine pourraient interférer dans les élections raconte l'Express.  "Désinformation, parfum de complots, manipulation, Stéphane Bouillon et Laurent Nuñez sont sur le pied de guerre. Pour le secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN) et le coordonnateur national du renseignement, l'ennemi est identifié" selon l'hebdo : " Ce sont des légions d'internautes, réels ou factices (bots), mobilisés sur les réseaux sociaux, dont l'État craint qu'elles ne servent à des interférences étrangères à un an de l'élection présidentielle. "Leur but peut être d'influencer la sincérité d'un scrutin, d'entacher la réputation de la France ou de porter atteinte à la sécurité nationale, indique-t-on à l'Elysée. Nous avons à faire à une montée en puissance de ces questions dans un contexte post-guerre froide."  

Hollande face à la présidentielle

Selon Le Point François Hollande "ne s’alarme pas de la désunion de la gauche avant la présidentielle, qui pourrait l’avantager au cas où une envie d’Élysée le reprendrait" et "En privé, l’ex-chef de l’État observe qu’historiquement « la gauche a toujours été divisée ». Mais " il critique la méthode suivie par le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, et surtout par Yannick Jadot, qui a appelé à une réunion entre tous les partis de gauche."  Selon Hollande, "convier LFI à cette réunion, c’est « s’assurer qu’il n’y aura pas d’union », puisque Jean-Luc Mélenchon sera candidat coûte que coûte en 2022". 

Présidentielle : candidature autonome du PC

Le secrétaire national du Parti Communiste, Fabien Roussel est candidat à la présidentielle. Il est crédité de 2 à 3% des intentions de vote. Dans Marianne, il explique que le problème de la gauche ce n'est pas sa division mais sa faiblesse . Et il espère attirer à lui "ceux que la gauche ne fait plus rêver". Il conteste que le vote majoritaire chez les ouvriers aille au Rassemblement National. Pour lui le vote majoritaire chez les ouvriers "c'est l'abstention." Mélenchon a besoin de signatures d'lus communistes pour être candidat. Roussel  répond "chez nous la règle c'est la liberté." Il conteste donc l'idée de bloquer la candidature de Mélenchon.

Richard Ferrand, Premier ministre ?

Bonne nouvelle pour Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale, les faits sont prescrits dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne. Il est donc tranquille côté justice. Du coup, c'est un atout de plus pour Emmanuel Macron « S’il veut remanier le gouvernement et envoyer un signal aux électeurs de gauche, il pourrait nommer Richard, qui vient du PS, à Matignon.» décrypte un "habitué des dîners de l’Élysée" cité par Le Point. 

Jean-Cristophe Lagarde flingue Macron

Le président de l'UDI estime que "Macron gouverne en ayant la trouille des Français"  et que "Plus personne ne comprend rien aux mesures prises" contre le coronavirus. Jean-Christophe Lagarde considère que cela met en valeur Édouard Philippe : "Tout cela contribue à donner du relief à son passage à Matignon : les décisions étaient claires et tranchées".

Mélenchon plafonne

Pour l'Obs, Mélenchon est mal parti. Il n'a pas réussi à décourager Fabien Roussel, le patron des communistes de se lancer dans la course à l'Elysée. Et "Mélenchon est cramé" dit-on à la direction du PCF. sans oublier qu'un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche le donne largement perdant face à Marine Le Pen, au second tour : 60%-40%.

Marine Le Pen championne de la laïcité

Une enquête réalisée pour Le Point par l’institut Ipsos montre que la présidente du Rassemblement national apparaît aussi capable que Macron de défendre la laïcité et les valeurs de la République: "36 % des Français lui font confiance pour défendre les valeurs de la République et la laïcité, contre 35 % à Emmanuel Macron".

Anne Hidalgo patine

Pour l'instant la candidature d'Anne Hidalgo pour la présidentielle 2022 "patine" aux yeux de l'Obs, entre "mauvais sondages" et "polémiques en série".  Son premier adjoint, Emmanuel Grégoire répond "On prend ça avec sérénité, on a appris à ne pas s'affoler". Mais l'Obs recense des "signaux inquiétants" la campagne virale sur la propreté #saccageParis, les déclarations de son adjointe Audrey Pulvar sur les réunions non mixtes, le cafouillage sur la nécessité ou non de confiner.

Les polémiques provoquées par les maires écolos

Neuf mois après leur arrivée au pouvoir, il est trop tôt pour dresser un bilan, mais les polémiques provoquées par les maires écolos arrivés à la tête de six villes de plus de 100.000 habitants "laissent circonspect" estime Marianne (18 pages) qui considère qu'ils ne se ressemblent du "vert pâle au vert foncé."

A Lyon leur point faible c'est la sécurité "Difficile d'être crédible, ils doivent composer avec leurs alliés d'extrême gauche qui ne jurent que par la prévention" déplore le sénateur LR, Etienne Blanc. A Grenoble, Éric Piolle entame son second mandat en lorgnant la présidentielle, entre verdissement et reniements, sur fond de polémiques communautaires. A Bordeaux l'avocat écolo-catho Pierre Hurmic a une action "trop brouillonne".

Ces maires ont pour la plupart un point commun : ils veulent remunicipaliser la gestion de l'eau. sans toujours être bien armés pour s'opposer à Veolia et à Suez.

Marine Le Pen, et les théories du complot

"La candidate RN à la présidentielle se tient éloignée des théories conspirationnistes, tout en adoptant une posture compréhensive à leur égard." analyse l'Express

Prudente à l'égard des thèses complotistes, elle est bienveillante, cependant. Car ni Marine Le Pen ni son état-major n'ignorent que leur électorat est, plus que d'autres, perméable aux théories les plus loufoques. Selon une étude de l'Ifop pour la Fondation Jean-Jaurès et Conspiracy Watch publiée en février 2019, les sympathisants du Rassemblement national apparaissent comme les plus perméables aux théories du complot. Ainsi, 61 % d'entre eux (contre 43 % pour l'ensemble des Français) se disaient d'accord avec cette affirmation : "Le ministère de la Santé est de mèche avec l'industrie pharmaceutique pour cacher au grand public la réalité sur la nocivité des vaccins." 

Régionales : un gage de bonne santé démocratique 

"Les Français voteront donc en juin. Il était temps !" constate l'Express :  "Car ailleurs, Portugais, Américains, Espagnols, Sud-Coréens, Polonais, Allemands ou Néerlandais ont retrouvé le chemin des urnes. Mettre la démocratie sous cloche n'a rien d'anodin, surtout dans cette période de défiance généralisée. Plus que jamais, la réouverture des bureaux de vote est un gage de la bonne santé de nos institutions politiques".    

La naissance de Marine Le Pen en 2002

"Au printemps 2002, Marine Le Pen n’est encore « personne », au sein du FN. Une simple directrice du service juridique qui, pendant la campagne, a donné un coup de main. Mais chacun, au soir du 21 avril, a observé sa verve, sa gouaille, sa blondeur éclatant à l’écran. « On ne voyait qu’elle… » Samuel Maréchal, à l’époque, a cette intuition. « La vie politico-médiatique de Marine Le Pen a commencé ce jour-là. »

« Marine est opportuniste, pragmatique et incroyablement chanceuse. C’est l’explication de son succès. »" Le Point (6 pages) raconte "La mise en orbite fulgurante de la benjamine du clan Le Pen, qui va sortir de l’ombre entre les deux tours de la présidentielle comme une météorite."

Philippe de Villiers sonne l'alarme

"Il est grand temps de sortir de la bétaillère qui nous emmène à l'abattoir. Il faut s'en aller. Il faut faire le Bruxellit, faire une Europe sans Bruxelles. Il faut suivre les Britanniques" clame Philippe de Villiers interrogé par valeurs Actuelles à l'occasion de la sortie de son livre "Le jour d'après" qui est, selon lui, "un cri d'alarme, de désarroi, , un cri d'appel. Un appel à l'insurrection."

De Villiers estime que la France peut disparaître, qu'elle est en grand danger. Et ce n'est pas l'actuel président qui la sauvera car "Emmanuel Macron n'a pas le goût de la France".

Vacciner nos diplomates

La CFDT du Quai d'Orsay demande que nos diplomates basés à l'étranger et leurs familles bénéficient d'un plan de vaccination contre le coronavirus. Ils semblent avoir été oubliés si l'on en croit Challenges.

La PME qui va plus vite que Sanofi

" Si tout se passe bien, nos premiers lots de vaccins anti-Covid seront commercialisés en Grande-Bretagne au dernier trimestre 2021." Frédéric Grimaud dont l'Obs raconte l'histoire (3 pages) est "le patron du groupe Grimaud, une entreprise familiale du Maine-et-Loire, spécialisée dans la sélection génétique des poules et des canards. Mais cet homme de 57 ans – silhouette longiligne, visage émacié, barbe poivre et sel – est aussi l’actionnaire de référence et le président du conseil de surveillance de Valneva, la société de Saint-Herblain (Loire-Atlantique) qu’il a cofondée il y a neuf ans."

Face au projet de vaccin du petit français "le gouvernement britannique, contacté parce que l’usine principale du groupe se trouve en Ecosse, réagit au quart de tour : dès septembre 2020, il passe des précommandes sur 190 millions de doses, dont 60 millions ferme, livrables en 2021. Il accepte aussi d’investir dans l’usine de Livingstone. Soit un accord d’une valeur maximale de 1,4 milliard d’euros. Les autorités françaises, elles, renvoient la start-up vers la Commission européenne, seule habilitée à signer des contrats au nom des États membres. Les discussions sont toujours en cours avec Bruxelles pour la livraison éventuelle de 60 millions de doses…"

Baisse impôts sur les sociétés : la France à contre-temps

"Alors qu'aux États-Unis et en Grande-Bretagne une hausse de la fiscalité sur les entreprises est à l'étude, la France s'accroche à son plan d'allégement du taux d'impôt sur les sociétés" remarque l'Express.

La nouvelle administration Biden a remis les hausses de taxes au goût du jour avec "sa proposition de remonter d'un tiers - de 21 % à 28 % - le taux de l'impôt sur les sociétés (IS). De même, Boris Johnson, qui a un temps imaginé faire du Royaume-Uni un paradis fiscal aux portes de l'Europe, s'est résolu à porter de 19 % à 25 % en 2023 le taux de l'IS."  

Dans l'Hexagone, le taux de prélèvements obligatoires est de 5 points supérieur à la moyenne européenne, de 12 points plus élevé que celle des pays de l'OCDE. D'où l'idée de le faire baisser, mais ce sera une mesure  difficile à défendre auprès d'une opinion publique chauffée à blanc ajoute l'hebdo.

France : la tentation souverainiste

Pour Challenges (16 pages ) "la crise sanitaire et le véto mis par Paris au rachat de Carrefour par un groupe canadien marquent un tournant. Le patriotisme économique n'est plus ringard. Il est même très en vogue dans la classe politique." Mais pour André Comte-Sponville "L'interdépendance, dans une économie mondialisée est la règle. L'autarcie une chimère. Ce n'est pas en portant des marinières tricotées en Bretagne qu'on assure l'indépendance de notre pays, encore moins la souveraineté de notre peuple."

Les États-Unis face aux wokes

"Au nom de la lutte contre les discriminations, ils veulent imposer une vision de la société fondée sur la race, le genre et les préférences sexuelles, interdisant tout universalisme et toute possibilité de débat. Aux États-Unis la résistance s’organise" raconte Le Point (12 pages) avec des reportages à Minneapolis et à Miami.

Si vous ne le savez pas encore " Être « woke » (participe passé du verbe « éveiller » que certains Afro-Américains utilisent à la place de « awake »), c’est, comme le chante, en 2008, l’artiste hip-hop Erykah Badu, être conscient des inégalités."

L’historien Jeffrey Gedmin voit dans le wokisme « une forme d’intolérance, de dogmatisme, d’absolutisme : ils savent tout sur tout ». Il pense que Donald Trump a favorisé ces excès, avec sa rhétorique incendiaire. 

Naomi Klein icône mondiale de la gauche radicale

Plus de vingt ans après le succès de “No Logo”, la célèbre journaliste canadienne, Naomi Klein, reste selon l'Obs, qui est sous le charme (12 pages) "une des rares icônes mondiales de la gauche radicale". Elle publie le 21 avril, en France, un livre adressé à la jeunesse " « Vaincre l’injustice climatique et sociale », qu’elle a écrit avec l’écrivaine Rebecca Stefoff. Portrait d’une activiste globale qui voit dans l’urgence écologique la mère de toutes les batailles.

" Les moqueurs avancent que Naomi Klein est aussi devenue une petite entreprise militante, un logo radical chic. Toujours impeccablement habillée et coiffée, d’une amabilité irréprochable, elle est une star qui prend grand soin de son image. Chacun de ses livres est précédé d’un intense battage médiatique, ses prises de parole sont calibrées (pendant la COP21 à Paris, elle était accompagnée d’une impact producer qui veillait à ce que son propos porte au maximum). Elle est avec son mari, le réalisateur Avi Lewis, lui-même figure médiatique en Amérique du Nord, à la tête d’une start-up à l’indéniable réussite : ses livres se vendent dans le monde entier, elle est sollicitée sans cesse pour intervenir partout, et la curiosité des médias à son égard ne tarit pas ".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !