Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation

La minute tech

CES Unveiled Paris : quelles seront les nouveautés technologiques françaises phares en 2017 ?

A l'occasion du CES Unveiled qui se déroulera ce mardi à Paris, voici un aperçu des nouveautés françaises en matière de technologie qui confirment la bonne santé de nos start-ups.

Olivier Ezratty

Olivier Ezratty

Spécialiste des médias numériques, Olivier Ezratty conseille les entreprises des métiers de l’image (TV, cinéma, vidéo, photo) pour l’élaboration de leurs stratégies d’innovation dans les dimensions marketing et technologiques. Il intervient aussi bien auprès de grandes entreprises qu'auprès de start-ups et de fonds d’investissements.

Dans son blog Opinions Libres, il décode les mouvements des acteurs de l’industrie des médias numériques et publie notamment son rapport annuel de visite du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas.

Voir la bio »

Atlantico : Pour sa quatrième édition, le "pré-CES" (Consumer Electronics Show de Las Vegas) se tient à Paris ce mardi. Quelles seront les grandes innovations technologiques françaises qui vont être dévoilées selon vous ?

Olivier Ezratty : Le CES Unveiled qui se déroule à Paris mardi est une petite manifestation au regard de la présence française au CES de Las Vegas où nous avons environ 250 exposants. Les 37 exposants sont pour certains des sociétés établies comme Parrot Drone ou des start-ups beaucoup moins grand public.

La France est particulièrement en avance dans le domaine des objets connectés pour la maison. Beaucoup de start-ups françaises se positionnent sur ce secteur-là, notamment sur la gestion du confort, la surveillance, la recherche d'objets perdus. Historiquement, la France a beaucoup de sociétés qui travaillent dans le domaine des loisirs, de l’audio et de la vidéo.

Les sociétés françaises sont en fait présentes dans une vingtaine de secteurs différents au CES : c’est à la fois une force et une faiblesse. La diversité des domaines dans lesquels nous travaillons est une force, nos sociétés peuvent aussi bien travailler sur des drones, de la robotique, de la réalité virtuelle que sur des accessoires automobiles. Cependant cette force est aussi notre faiblesse : comme nos domaines d’études sont très dispersés, nous n’avons pas toujours de visibilité globale.

Les innovations présentées au CES ne sont pas nécessairement en rupture avec ce qui s’est fait avant. Souvent nous améliorons les technologies des années précédentes. Les sociétés très créatives qui chamboulent tout sont assez rares. Certaines sociétés vont augmenter le nombre d’objets connectés dans la maison, d’autres vont améliorer le design de leurs produits. Parfois, certaines start-ups vont présenter au CES Unveiled Paris des prototypes pour ensuite, à Las Vegas, montrer un produit fini.

Plusieurs sociétés françaises travaillent à l’amélioration du sommeil : une start-up a d'ailleurs inventé récemment un oreiller qui refroidit la tête, celui-ci contenant une technologie de réfrigération qui permet d’améliorer la qualité de notre sommeil. Une autre entreprise capte nos ondes cérébrales, et avec de la musique, parvient à nous endormir.

La France est-elle prête pour briller au CES de Las Vegas en janvier prochain ? 

La France à une présence au CES bien plus marquée depuis trois/quatre ans qu’auparavant. Jusqu’en 2012, la présence française était assez modeste avec à peine une trentaine de sociétés exposantes à Las Vegas. Certaines entreprises importantes comme Technicolor, leader dans le domaine de la télévision, ou la plus discrète Parrot spécialiste des drones, étaient cependant déjà là. Depuis 2013, nous pouvons remarquer un phénomène d’émulation notamment entraîné par le gouvernement, les écosystèmes ou les régions. L’engouement pour les objets connectés a démultiplié le nombre d’entreprises françaises présentes à tel point qu’en 2016, la France était représentée par 256 sociétés. Bien sûr, il faut relativiser la présence française étant donné qu’il y a environ 4 000 entreprises présentes au CES.

La France a quand même réussi à se faire remarquer dans la zone des start-ups. En 2016, sur les 487 entreprises présentes, 130 étaient françaises. La présence française se retrouve dans les médias depuis environ deux ans, la presse américaine commence vraiment à nous remarquer pour ce qui est des start-ups.

Le problème de la France au CES, c’est que notre présence chez les grands constructeurs reste faible. L’Allemagne a beaucoup moins de start-ups mais est particulièrement présente grâce à ses constructeurs automobiles et à d’autres sociétés comme Bosch. La France a très peu de grands acteurs : ni Renault, ni PSA ne sont présents. 

Plus globalement, quels enjeux représentent les CES pour les entrepreneurs français ?

Le premier enjeu est de se faire connaître à l’international et de faire parler de son entreprise auprès des médias français, européens, mais aussi de façon globale.

Le deuxième enjeu est de trouver des distributeurs. Au CES sont présents tous les revendeurs du monde. Il y a aussi bien des acheteurs de Carrefour que de Darty ou de la Fnac qui viennent, que leurs homologues internationaux. L’un des buts pour les entrepreneurs est de remplir leur carnet de commandes.

Pour certaines sociétés, l’objectif du CES est de trouver des investisseurs. Pour des petites start-ups, être présent au CES peut aussi être une volonté de gagner en crédibilité auprès des entreprises françaises. Beaucoup de patrons d’entreprises françaises viennent au CES comme visiteurs et trouvent un intérêt pour ces start-ups. Le CES est un énorme travail de communication pour les entrepreneurs français qui doivent apprendre à se vendre auprès des différents acteurs présents.

Propos recueillis par Chloé Chouraqui 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !