Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
L’aspartame est contenu dans les boissons gazeuses.

Atlantico santé

Aspartame : pas de risque pour la santé selon l'Efsa ; Des lentilles de contact pour délivrer des médicaments...

Et aussi : L’effort stimule la créativité des sportifs, pas des sédentaires ; Choc septique : les caillots sanguins épongent les toxines ; La cause de la maladie de Menière enfin identifiée ?

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Des lentilles de contact pour délivrer des médicaments

Après des décennies d’échecs, des chercheurs de l’université Harvard et du MIT ont conçu une lentille de contact capable de délivrer pendant un mois au moins des doses thérapeutiques du principal médicament contre le glaucome. Un procédé qui pourrait être utilisé pour d’autres conditions. Le glaucome représente l’une des principales causes de cécité irréversible à travers le monde.

Bien qu’existant sous de multiples formes, il apparaît souvent après que les canaux servant à drainer l’humeur aqueuse de l’œil soient bouchés. L’excès de liquide augmente alors la pression à l’intérieur du globe oculaire, ce qui se répercute sur le nerf optique. Les neurones finissent par succomber. Une fois détruits, il est impossible de les régénérer. Sans traitement, le glaucome conduit donc à la cécité.

Lire la suite sur Futura-sciences

Aspartame : pas de risque pour la santé selon l’Efsa

L’aspartame affecte-t-il la santé ? L’Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa), a enquêté et conclu à l’absence de danger. Cette étude met fin aux incertitudes concernant cet édulcorant, pourtant accusé depuis de nombreuses années de presque tous les maux.

De nombreuses études ont mis en doute l’innocuité de l’aspartame. La dernière en date par exemple dénonçait le risque de naissances prématurées chez les consommatrices de boissons édulcorées. Cependant, les différentes agences sanitaires doutaient de la pertinence des tests statistiques utilisés. Qu’en est-il vraiment ?

Lire la suite sur Futura-sciences

L’effort stimule la créativité des sportifs, pas des sédentaires

Les adeptes du sport se montrent particulièrement bons pour réaliser des exercices liés à la créativité, alors même qu’ils sont en plein effort. À l’inverse, au cœur de l’action, les sédentaires consacrent l’énergie de leur cerveau à l’activité physique en cours, et ne peuvent plus réfléchir aussi bien.

Selon une étude néerlandaise publiée dans la revue Frontiers in Human Neuroscience, ceux qui pratiquent une activité physique régulière sont plus à même de se montrer inventif et de résoudre un problème après une courte séance d'effort.

Lire la suite sur Futura-sciences

Choc septique : les caillots sanguins épongent les toxines

Barrière indispensable et efficace contre les envahisseurs, le système immunitaire a ses limites et peut se retourner contre l’organisme en cas d’infection trop invasive. Les caillots sanguins, qui limitent la pénétration des agents infectieux dans le corps, le protégeraient aussi contre les réactions immunitaires excessives en absorbant les toxines bactériennes. Lorsqu’il s’agit d’infecter un hôte, les bactéries ne manquent pas de ressources.

Elles possèdent en effet tout un arsenal d’équipements en tout genre qui leur permet de combattre les cellules et d’échapper au système immunitaire. Heureusement, l’organisme a appris à se défendre et peut reconnaître rapidement les envahisseurs et les détruire. Cependant, si les bactéries se multiplient à outrance et que la réponse immunitaire face aux agents étrangers est trop intense, un choc septique peut se produire. Ce dernier se caractérise par de la fièvre, une accélération du rythme cardiaque et de la respiration et des problèmes cardiovasculaires graves, parfois mortels.

Lire la suite sur Futura-sciences

La cause de la maladie de Menière enfin identifiée ?

La maladie de Menière reste bien mystérieuse. Depuis 1861 et sa première description, on en ignore encore les causes précises. Aucune des différentes théories avancées ne satisfait pleinement la communauté des spécialistes. À moins que la nouvelle hypothèse émise par deux chercheurs états-uniens ne mette tout le monde d’accord. Commençons par un peu d’histoire.

En 1861, Prosper Menière fait l’exposé d’une maladie de l’oreille interne causant vertiges, acouphènes et pertes auditives. Plus clairement identifié, ce trouble porte ensuite son nom. En 1927, on décrit le labyrinthe de l’oreille interne et sa circulation. En 1938, des scientifiques découvrent que les patients concernés présentent une accumulation anormale de l’endolymphe, liquide baignant l’oreille interne : on parle d’hydrops endolymphatique. En 2013, après 75 ans de recherche, on ignore encore quelle est la cause exacte de cette affection, les différentes hypothèses promulguées ne pouvant tout expliquer à elles seules.

Lire la suite sur Futura-sciences

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !