Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Au mois de juillet 2015, le chômage était de 10,9% dans la zone euro.
Au mois de juillet 2015, le chômage était de 10,9% dans la zone euro.
©Reuters

Progression

Zone euro : le chômage repasse sous les 11%, du jamais vu depuis 2012

Le pays de la zone euro qui compte le taux de chômage le plus bas parmi les 19 est l'Allemagne avec 4,7%.

Selon les chiffres publiés ce mardi par Eurostat, office européen de statistiques, le taux de chômage dans la zone euro est redescendu sous les 11%, ce qui n'était plus arrivé depuis le mois de février 2012. Alors que la crise de l'euro bat son plein, le chômage était de 10,9% dans la zone euro en juillet 2015, soit 17,53 millions de chômeurs. Un mois avant cela, 213 000 personnes supplémentaires étaient encore au chômage. Elles étaient 1,11 million il y a un précisément un an (11,6%).

Le pays de la zone euro qui compte le plus bas taux de chômage parmi les 19 est l'Allemagne avec 4,7%, suivie par Malte (5,1%). Selon les dernières données disponibles, le pays qui affiche le plus haut taux de chômage est la Grèce avec 25,0% en mai 2015, ainsi qu'en Espagne, avec 22,2%.

Sur une période d'un an, le chômage a baissé de 24,3 à 22,2% en Espagne. En Grèce, il a reculé de 27,0 à 25,0% entre mai 2014 et mai 2015, de 14,1 à 12,1% au Portugal, de 11,3 à 9,5% en Irlande. Tous ces pays ont pourtant été touchés de plein fouet par la crise de l'euro.

Contrairement à ces pays, la Finlande a vu son taux de chômage passer de 8,7 à 9,7% sur la même période. En France, le chômage a connu une légère hausse (de 10,3 à 10,4%), tout comme en Autriche (de 5,7 à 5,8%). Ces trois pays ont connu les plus fortes hausse de chômage sur une période d'un an. Dans toute l'Union européenne, le chômage s'élevait à 9,5% en juillet 2015, soit 23,06 millions de personnes. 

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !