Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Départ forcé

Zimbabwe : Robert Mugabe a jusqu'à lundi midi pour quitter le pouvoir

Une procédure de destitution sera engagée à l'encontre du président zimbabwéen, au pouvoir depuis 37 ans, s’il ne démissionne pas.

Fin de règne pour Robert Mugabe ? A la tête de l'Etat depuis 37 ans, le leader du Zimbabwe a été ce dimanche démis de ses fonctions à la tête de la ZANU-PF, le parti au pouvoir, et exclu de ce même parti. 

Robert Mugabe a été remplacé par l’ex-vice-président Emmerson Mnangagwa, dont le limogeage, la semaine dernière, avait précipité l’intervention de l’armée, qui a écarté le vieux chef d'Etat de 93 ans dans la nuit de mardi à mercredi. Emmerson Mnangagwa sera le candidat du parti au pouvoir à l'élection présidentielle de 2018, a-t-il été annoncé.

"Il a été exclu. Mnangagwa est notre chef", a déclaré, à l’agence de presse Reuters, un des délégués présents à une réunion extraordinaire du comité central de la ZANU-PF.

"Le camarade Robert Mugabe doit démissionner de la présidence du Zimbabwe et s'il ne l'a pas fait d'ici lundi midi (...) le président du Parlement enclenchera la procédure de destitution", a déclaré de son côté le porte-parole de la Zanu-PF, Simon Khaye Moyo, à l'issue d'une réunion d'urgence du parti.

Ce développement intervient suite à l’une des plus grandes manifestations jamais organisées depuis l’indépendance et l’arrivée au pouvoir de Mugabe. Ce samedi, des dizaines de milliers de Zimbabwéens se sont rassemblés, dans une ambiance festive, pour exiger son départ de la présidence.

Robert Mugabe a annoncé qu'il s'adresserait à la télévision dans la soirée.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !