Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
©Reuters

Vaste ambition

VTC : l'Urssaf veut requalifier les chauffeurs Uber en "salariés"

L'entreprise de VTC est visée par deux procédures judiciaires dans ce sens.

Dans la guerre entre les taxis et les VTC, ces derniers doivent faire face à une nouvelle offensive de l'administration française. L'Urssaf, l'organisme qui gère les cotisations salariales, entend bien faire requalifier les chauffeurs de l'entreprise Uber en "salariés" alors qu'ils sont officiellement "indépendants." Selon l'Urssaf, il existe "un lien de subordination" entre les chauffeurs et l'entreprise, ce qui caractérise le contrat.

Ainsi, deux procédures ont été engagées par l'Urssaf d'Ile-de-France, l'une devant le Tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass), l'autre au pénal auprès du procureur de la République de Paris, selon l'AFP. L'Urssaf réclame un redressement "de l'ordre de quelques millions d'euros" sur l'aspect administratif. Le parquet peut ouvrir une enquête préliminaire pour travail dissimulé, sur le plan pénal.

"C'est Uber qui recrute, qui forme, la commission est plafonnée, ils prennent un pourcentage dessus, la course n'est pas libre, les chauffeurs doivent rendre des comptes... Toute une série d'éléments montrent que le salarié travaille bien dans le cadre d'un service organisé par Uber pour le compte de l'ensemble des chauffeurs", explique Jean-Marie Guerra, directeur de la Réglementation, du Recouvrement et du Service à l'Urssaf. "Et sur le plan pénal, il s'agit bien d'un montage : Uber a intentionnellement organisé une forme de détournement de statut."

La bataille sera longue. Uber s'est spécialisé dans les recours suspensif, espérant que l'opinion publique fasse céder l'administration. Dans ce dossier, les différents recours peuvent durer entre 5 et 6 ans…

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !