Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Depuis le crash du vol Malaysia Airlines MH17 le 17 juillet 2014, l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes continuent de s'accuser mutuellement d'avoir abattu l'appareil

Enquête

Vol MH17 : le Boeing pourrait avoir été abattu par des missiles de fabrication russe selon les enquêteurs néerlandais

Selon le communiqué du Bureau néerlandais pour la sécurité (OVV) en charge de l’enquête, des missiles BUK de fabrication russe auraient été retrouvés près des débris dans la région de Donetsk en Ukraine

Décidemment, les avions Malaysia Airlines sont au cœur de l'actualité tous les jours. Le vol MH17 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur (à ne pas confondre avec le vol MH370 retrouvé à La Réunion), a été abattu par un missile en vol dans la région de Donetsk dans l'est de l'Ukraine faisant près de 298 victimes en juillet 2014. Depuis l'armée ukrainienne et les séparatistes pro-russes continuent de s'accuser mutuellement d'avoir abattu l'appareil mais de nouveaux éléments pourraient accuser Moscou.

Selon les enquêteurs néerlandais en charge du dossier MH17, des missiles BUK de fabrication russe auraient "peut-être" été retrouvés près des débris. D'après le communiqué du Bureau néerlandais pour la sécurité (OVV), "certains éléments sont peut-être originaires d'un système de missile sol-air de type BUK". Ces éléments sont fondamentaux pour l'avancée de l'enquête pénale et l'indemnisation des familles des victimes originaires des Pays-Bas pour deux tiers d'entre elles.

Toujours selon le Bureau néerlandais pour la sécurité, une aide d’experts internationaux spécialises en armement va être demandée au plus vite afin de déterminer s'il s'agit de missiles russes. La causalité n'a donc pas encore été établie pour un des deux camps actuellement en guerre mais la responsabilité russe semble de plus en plus grande dans le crash du Boeing 777. Le 29 juillet dernier, la Russie avait mis son veto au Conseil de sécurité à l'ONU à une résolution visant à créer un tribunal spécial pour juger les responsables du crash. 

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !