Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le virus Zeus est présent sur Facebook depuis quelques mois

Attention danger

Virus informatique : Zeus, le "malware" qui aspire vos données bancaires, débarque sur Facebook

Ce virus a déjà détourné plusieurs millions de dollars rien qu’aux Etats-Unis.

Zeus est peut-être bien le roi des virus. Ce "malware" (un logiciel malveillant) a été inventé en 2007 et aurait depuis permis de détourner des centaines de millions de dollars rien qu'aux Etats-Unis. Son fonctionnement est simple : une fois installée sur l’ordinateur, le virus informatique ne se manifeste pas immédiatement. Au contraire, il reste "dormant", attendant que vous rentriez vos données bancaires (lors d'un achat sur Internet, en consultant vos comptes etc.) pour aspirer ces données d’authentification. Comme le note Big Browser, un blog du Monde.fr, une fois les données confidentielles aspirées (numéros de compte bancaire, mots de passe et informations personnelles), elles sont ensuite revendues sur le marché noir des hackers, dont beaucoup opèrent depuis l'Europe de l'Est et la Russie.

Le plus inquiétant c’est que ce virus extrêmement efficace vient de débarquer sur Facebook. C'est Eric Feinberg qui a lancé l'alerte sur le blog "Bits" du "New York Times". Membre de FAKE (pour "Fans Against Kounterfeit Enterprise"), un groupe d'influence qui lutte contre la contrefaçon sur le web et dédié à la protection de la vie privée sur les réseaux sociaux, il a observé la recrudescence du nombre de pages Facebook infectées par de fausses publicités générées par Zeus.

Les internautes peu prudents cliquent sur ces fausses publicités, sur des liens que des faux comptes Facebook postent sur des groupes de Fans à très fortes audiences, ou bien encore sur les liens contenus dans les spams que vous recevez par mail, ce qui lance le processus d'installation.

En attendant que Facebook ait trouvé une arme contre ce virus (ce qu’il n’a pas l’air de faire pour l’instant, si l’on en croit le coup de gueule d’Eric Feinberg sur son blog), Atlantico vous conseille une extrême prudence et de partager cette information avec vos proches.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !