Viols sur mineurs en Isère : le directeur d'école de Villefontaine révoqué à vie de l'Education nationale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Image d'illustration
Image d'illustration
©Reuters

Soulagement

Viols sur mineurs en Isère : le directeur d'école de Villefontaine révoqué à vie de l'Education nationale

L'enseignant est suspendu depuis mardi dernier, où il a reconnu les faits pour neuf enfants. Mais depuis, les parents de quatorze autres élèves ont signalé de nouveaux faits potentiels aux enquêteurs.

Soulagement pour les parents d'élèves de Villefontaine. La ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé ce mardi 31 mars à l'antenne de France Bleue Isère que la procédure de révocation à l'encontre du directeur de l'école primaire de Mas-de-la Raz, à Villefontaine (Isère) , accusé de viols et d'agressions sexuelles sur plusieurs écoliers, était engagée. L'enseignant est suspendu depuis mardi dernier, où il a reconnu les faits pour neuf enfants, âgés de 6 à 7 ans. Mais depuis, les parents de quatorze autres élèves-dont certains ne sont pas scolarisés dans cette école- ont signalé de nouveaux faits potentiels aux enquêteurs. Une enquête administrative a donc été ouverte conjointement avec le ministère de la Justice. "On attend le premier rapport d'ici un mois", avait déclaré Najat Vallaud-Belkacem dans le weekend.

En 2008, ce père de famille de 45 ans avait déjà fait l'objet d'une condamnation pénale pour recel d'images à caractère pédopornographique, à six mois de prison avec sursis, avec obligation de soins et mise à l'épreuve. Toutefois, aucune interdiction d'exercer un travail avec des enfants n'avait été prononcée au moment de la condamnation. Aujourd'hui, le ministère de l'Education nationale a donc a invité l'académie à utiliser l'article 911-5 du code de l'éducation pour engager la procédure de révocation à vie. Ce dernier prévoit en effet que "sont incapables de diriger un établissement d'enseignement du premier degré (....), ou d'y être employés, à quelque titre que ce soit : ceux qui ont subi une condamnation judiciaire pour crime ou délit contraire à la probité et aux mœurs".

Samedi 29 mars, Najat Vallaud-Belkacem avait promis de tout faire pour qu'un tel drame ne puisse pas se reproduire. Dans une interview au Parisien, la ministre a reconnu qu' "il y [avait] eu un dysfonctionnement" dans le suivi du directeur de l'école de Villefontaine. "Il semblerait que l'Education nationale n'ait pas été informée de cette condamnation", a-t-elle déclaré, ajoutant : "Il a été condamné en juin 2008, juste avant les vacances scolaires. A cette date, il avait obtenu un changement d'académie et il s'est aussitôt mis en congé parental, puis en arrêt maladie jusqu'en février 2011. Et quand il a repris ses fonctions, il a changé d'école tous les ans".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !