Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Vincent Lambert : le Conseil d'Etat suit l'avis du rapporteur qui préconisait l'arrêt des soins
©JACQUES DEMARTHON / AFP

Verdict

Vincent Lambert : le Conseil d'Etat suit l'avis du rapporteur qui préconisait l'arrêt des soins

Le Conseil d'État a jugé que sans capacité de communication, avec un état de conscience dégradé et aucun espoir d'amélioration, le maintien de l'alimentation et de l'hydratation du jeune homme avait pour seul effet de le maintenir artificiellement en vie.

Après plus d'un an de bataille judiciaire, le verdict est tombé. Ce mardi 24 juin, la justice française a ordonné l'arrêt de l'alimentation de Vincent Lambert. Les 17 juges du Conseil d'État ont ainsi suivi la position du rapporteur public qui, vendredi 20 juin, avait préconisé l'arrêt des soins de ce jeune handicapé, devenu tétraplégique après un accident de la route en 2008.

Le Conseil d'État a jugé que sans capacité de communication, avec un état de conscience dégradé et aucun espoir d'amélioration, le maintien de l'alimentation et de l'hydratation du jeune homme avait pour seul effet de le maintenir artificiellement en vie. Ce qui constitue pour lui une "obstination déraisonnable", contraire à la loi.

"La décision du Conseil d'Etat s'inscrit dans la voie tracée par la loi Leonetti" a expliqué Jean-Marc Sauvé, le vice-président du Conseil d'Etat.

 

Juste après l'annonce du Conseil d'Etat, le député UMP Vincent Léonetti, médecin de formation, a publié un communiqué. "Cette décision n'est pas une validation d'un acte euthanasique, mais le refus de l'acharnement thérapeutique", tient-il à rappeler. "Cette décision qui concerne le cas particulier de Vincent Lambert ne peut être généralisée à l'ensemble des sujets en situation pathologique similaire, chaque situation devant être appréciée au cas par cas", insiste-il encore. 

A LIRE AUSSI-Euthanasie : pourquoi on ne gagnera rien à la sur-judiciarisation de cas à la Vincent Lambert

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !