Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
©SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19

Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?

Le plus grand producteur mondial affirme que le verrouillage a déjà provoqué une pénurie de 100 millions de préservatifs selon le journal, Le Guardian.

Une pénurie mondiale de préservatifs arrive progressivement, a déclaré le plus grand producteur mondial, suite à un arrêt forcé de la production à cause de l'épidémie du coronavirus. 

Imposante sur le marché, la Malaisie Karex Bhd fabrique un préservatif sur cinq dans le monde. L'entreprise n'a produit aucun préservatif  dans ses trois usines malaisiennes depuis plus d'une semaine en raison d'un arrêt imposé par le gouvernement pour stopper la propagation du virus.

L'arrêt de la production a empêché la création de près de 100 millions de préservatifs, normalement commercialisés à l'échelle internationale par des marques telles que Durex, fournis aux systèmes de santé publics tels que le NHS britannique ou distribués par des programmes d'aide tels que le Fonds des Nations Unies pour la population.

Vendredi, l'entreprise a été autorisée à reprendre la production, mais avec seulement 50% de ses effectifs, en vertu d'une exemption spéciale pour les industries critiques. 

«Il faudra du temps pour relancer les usines et nous aurons du mal à répondre à la demande », a déclaré le PDG, Goh Miah Kiat. «Nous allons voir une pénurie mondiale de préservatifs partout dans le monde, ce qui va être effrayant», a-t-il déclaré. «Ma préoccupation pour de nombreux programmes humanitaires… en Afrique, la pénurie ne sera pas seulement de deux semaines ou d'un mois. Cette pénurie peut durer plusieurs mois. »

La Malaisie est le pays le plus touché par la pandémie de l'Asie du Sud-Est, avec 2 161 infectés du coronavirus et 26 décès. Le confinenement devrait rester en vigueur au moins jusqu'au 14 avril.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !