Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le président vénézuélien est hospitalisé depuis plus d'un mois

Du mieux

Venezuela : l'état de santé d'Hugo Chavez s'améliore

Il n'a pas u prêté serment le 10 janvier dernier, hospitalisé à Cuba depuis plus d'un mois. Mais le gouvernement vénézuelien vient d'annoncer que l'état du président évoluait de manière "favorable".

Comment va le président du Venezuela ? L'état de santé d'Hugo Chavez inquiète le pays depuis plus d'un mois. Après avoir été réélu en octobre, après plus de 14 ans au pouvoir, l'homme de 58 ans n'a pas pu être sur pied pour sa prestation de serment qui devait avoir lieu le 10 janvier, en raison de sa maladie.

Hospitalisé à Cuba, le chef d'état irait pourtant mieux à en croire le ministre de la Communication, Ernesto Villegas. La santé d'Hugo Chavez a évolué d'une manière "favorable" au cours des derniers jours, même si son insuffisance respiratoire requiert des "moyens spécifiques", a-t-il assuré dimanche.

L'opposition proteste

Pourtant, peu de temps avant, l'ancien vice-président du pays avait révélé que Chavez "luttait pour la vie" et que "la situation en général (était) complexe et délicate". Des déclarations qui tranchent avec celles du gouvernement et qui font enfler les rumeurs.

Coma, mort... Les rumeurs alarmistes circulent sur les réseaux sociaux. Il faut dire qu'Hugo Chavez n'a pas été vu ni entendu depuis le 11 décembre, lors de sa quatrième intervention chirurgicale. Et la rareté des informations officielles nourrit l'inquiétude du pays.

Vu son état, l'Assemblée nationale, dominée par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) d'Hugo Chavez, a voté une résolution accordant au président "tout le temps nécessaire pour se soigner". L'opposition proteste et parle de "vide institutionnel". Des députés de la principale coalition de l'opposition, la Table de l'unité démocratique (MUD), ont appelé à une "démonstration de force" le 23 janvier à Caracas "pour le rétablissement de la défense de la Constitution".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !