Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Crédits Photo: DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Boris Johnson Royaume-Uni

Endiguer la pandémie

Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour

Le Premier ministre britannique Boris Johnson compte attendre son tour pour se faire vacciner contre la Covid-19 sans passer en priorité. Les premières phases de vaccination pourraient débuter dès la semaine prochaine au Royaume-Uni.

Après l'annonce de l'approbation du vaccin de Pfizer et BioNTech au Royaume-Uni, Allegra Stratton, la porte-parole de Boris Johnson a été interrogée sur les intentions du Premier ministre sur le dossier sensible de la vaccination :  

« Nous savons qu'il ne voudrait pas prendre une dose destinée à quelqu'un d'extrêmement vulnérable et qui devrait l'avoir avant lui ».

Le Premier ministre britannique avait lui-même été infecté par le coronavirus au printemps dernier. Il avait dû passer trois nuits en soins intensifs en avril.

Boris Johnson, âgé de 56 ans, figure dans le huitième groupe des personnes prioritaires sur neuf établis par les autorités britanniques. Les résidents des maisons de retraites sont dans le premier groupe, suivis des soignants et des plus de 80 ans.

Le Premier ministre britannique respectera donc les consignes et ne sera pas vacciné directement en priorité.

Critiqué pendant un temps pour sa gestion de la crise et alors que les négociations pour le Brexit se poursuivent, les débuts imminents de la campagne de vaccination contre la Covid-19 au Royaume-Uni est un succès majeur pour Boris Johnson.

A lire aussi : MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !