Union européenne : Michel Rocard demande la sortie des Britanniques et plaide pour Juncker | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Union européenne : Michel Rocard demande la sortie des Britanniques et plaide pour Juncker
©DR

Prise de position

Union européenne : Michel Rocard demande la sortie des Britanniques et plaide pour Juncker

"Il y a entre vous et nous, les Européens continentaux, un malentendu qui est en train de tourner mal", écrit l'ancien Premier ministre dans une tribune au Monde.

"Partez". Le message est clair et ferme : Michel Rocard n’y va pas par quatre chemins. Selon l’ex-Premier ministre socialiste, les Anglais doivent quitter l’Union européenne. C’est en tout cas ce qu’il a écrit dans une tribune publiée dans Le Monde ce mercredi et relayée par Ouest-France. "Il y a entre vous et nous les Européens continentaux un malentendu qui est en train de tourner mal" estime notamment Michel Rocard. Européen convaincu, l’ancien chef de gouvernement de François Mitterrand ajoute : "Vous n'aimez pas l'Europe, c'est votre droit et cela se comprend. Vous y êtes cependant entrés, voici quarante-deux ans, mais sur un malentendu".

Michel Rocard reproche aux Anglais l'échec du traité de Maastricht en 1992, entraînant dans son sillage ceux d'Amsterdam (1997), et de Nice (2001). Il estime par ailleurs, au lendemain des élections européennes, que Jean-Claude Juncker est légitime pour diriger la Commission. "J'ai peur pour l'Europe ou ce qu'il en reste de voir à sa tête quelqu'un qui a approché de trop près la pensée monétariste. Mais les urnes ont parlé. Même relative, il y a une majorité" issue des élections européennes, écrit l'ancien premier ministre dans son billet. 

"Son chef est Jean-Claude Juncker, un fédéraliste courageux et tenace. La démocratie exige qu'il devienne président de la Commission européenne", poursuit Michel Rocard, qui a personnellement voté pour une liste du PS soutenant Martin Schulz, le candidat du Parti Socialiste européen (PSE).

D’ailleurs, le choix de Juncker est un autre motif de grief à l’encontre des Britanniques, Michel Rocard leur reprochant d'être opposé à la candidature du Luxembourgeois. "Voilà que vous voulez l'empêcher. Vous tentez de casser là l'émergence enfin d'un processus démocratique en Europe. Vous lui interdisez de chercher dans la clarté la légitimité et la force démocratique dont elle a besoin (...) Sans démocratie interne, l'Europe est indigne, elle est en train d'en mourir".

lu sur Ouest-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !