Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©

Pas de trêve

Ukraine : les séparatistes abattent un avion militaire de l'armée ukrainienne

En parallèle, la Russie menace de lancer des "frappes ciblées" sur le territoire ukrainien après la chute d'un obus dans une ville russe frontalière qui a fait un mort et deux blessés.

Les forces séparatistes ont abattu un avion militaire de l'armée ukrainienne. En milieu de journée ce  lundi, la "république populaire de Louhansk", c'est le nom que les séparatistes ont donné à leur territoire, a annoncé avoir abattu un avion de transport militaire ukrainien. Après que l'avion eut été touché, trois parachutes ont été vus dans le ciel et une opération de ratissage a été déclenchée dans le secteur pour retrouver l'équipage, selon la même source. Le ministre de la Défense ukrainien a affirmé que l'engin en question avait été abattu par une roquette "probablement" tirée de Russie.  Le ministère n'a pour l'heure pas fait état de victimes.

La Russie menace de faire des "frappes ciblées"

Dimanche soir, le  "ministre de la Défense" des rebelles, Igor Strelkov, avait affirmé à l'agence russe d'information internationale RIA Novosti que d'"intenses combats" étaient en cours à la périphérie de Louhansk, où les forces ukrainiennes ont, selon lui, déployé des dizaines de chars. Des combats continuaient lundi matin, touchant les villages de Metalist (au nord), Olexandrivka (à l'ouest), Gueorguiivka et Raskochna (sud-ouest) ainsi qu'à l'aéroport (sud), ce qui reflète la manœuvre d'encerclement effectuée par les forces de Kiev.

En parallèle, la Russie menace de lancer des "frappes ciblées" sur le territoire ukrainien en représaille à la chute d'un obus dans une ville russe frontalière qui a fait un mort et deux blessés, a fait savoir lundi le journal russe Kommersant, citant une source proche du gouvernement russe. Dans le même temps, la Kremlin a de nouveau renforcé ses effectifs militaires le long de la frontière avec l'Ukraine, qui sont évalués par l'OTAN entre 10 000 et 12 000 soldats.

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !