Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vladimir Poutine n'a pas apprécié les sanctions de l'UE et des Américains
©RIA Novosti / Reuters

Oeil pour oeil

Ukraine : les nouvelles sanctions de l'UE et des Etats-Unis agacent Moscou

La Russie a répliqué en annonçant qu'elle prendrait des mesures "qui seront reçues à Washington de manière grave et douloureuse".

Les Etats-unis ont été les premiers à donner leur liste des intérêts russes visés par des sanctions. Des mesures étoffées mercredi soir contre la Russie pour son rôle dans la crise en Ukraine en plaçant notamment sur sa liste noire le géant russe des hydrocarbures Rosneft. "En imposant des sanctions à des entités du secteur financier et énergétique, le Trésor (américain) a augmenté les coûts de l'isolement économique de la Russie", assure le Trésor dans son communiqué. Les sanctions visent également la banque du géant gazier russe Gazprom, Gazprombank, et la banque publique russe VEB, qui compte le premier ministre russe Dmitri Medvedev parmi ses dirigeants, selon le communiqué du Trésor. Ces nouvelles mesures américaines étaient réclamés par les autorités ukrainiennes qui accusent Moscou de soutenir les séparatistes sur fond d'une nette aggravation de tensions dans l'Est rebelle.

Par ailleurs, deux hauts responsables russes - un des dirigeants des services secrets, Sergueï Besseda, et le vice-président du Parlement Sergueï Neverov- figurent également parmi les nouvelles cibles américaines. Huit entreprises russes de fabrication d'armes sont également ajoutées sur la liste noire américaine, a annoncé le Trésor. 52 individus sont déjà inscits sur la liste noire américaine. 

Gel des programmes de la Banque européenne d'investissement en Russie

Un peu plus tard dans la soirée de mercredi,  c'est cette fois l'Union Européenne qui a fait part de nouvelles sanctions. Réunis en sommet à Bruxelles, les Européens ont notamment décidé du gel de programmes menés en Russie par la Banque européenne d'investissement (BEI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), selon cette source. De nouvelles sanctions vont également cibler des "entités", y compris russes, accusées de soutenir "matériellement ou financièrement" les actions menaçant ou sapant la souveraineté de l'Ukraine. Leur liste sera déterminée d'ici la fin juillet.

La réaction russe ne s'est pas faite attendre. Ce sont les sanctions américaines qui semblent avoir le plus agacé le gouvernement de Vladimir Poutine. "La nouvelle décision de l'administration américaine d'introduire des sanctions, sous un prétexte faux et fallacieux, contre un certain nombre d'entités et d'individus russes ne peut pas être qualifiée autrement que scandaleuse et totalement inacceptable", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, cité par l'agence Interfax, ajoutant que Moscou prendrait des mesures "qui seront reçues à Washington de manière grave et douloureuse".

 

 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !