Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Au bord du chaos

Ukraine : la réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU n'a rien donné

En conséquence, les autorités ukrainiennes ont donné jusqu'à lundi 06h00 GMT aux séparatistes pro-russes pour déposer les armes et quitter les bâtiments publics qu'ils occupent dans l'est du pays.

Il y a urgence. La situation en Ukraine est plus que préoccupante. Et pourtant Occidentaux et Russes n'arrivent pas à trouver d'accord. Un véritable dialogue de sourd qui pourrait avoir de terribles conséquences tant le pays semble au bord du précipice. En effet, les autorités ukrainiennes, prêtes à mobiliser l'armée, ont donné jusqu'à lundi 06h00 GMT aux séparatistes pro-russes pour déposer les armes et quitter les bâtiments publics qu'ils occupent dans l'est du pays, où on signalait dimanche au moins deux morts. Moscou a réagi à cette mobilisation en dénonçant un "ordre criminel" et a demandé en urgence la réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Mais à en croire France Info, les discussions entre Occidentaux et Russes ont tourné court. En effet, les premiers accusent Moscou d'être à l'origine de la tension dans l'est de l'Ukraine alors que Moscou demande à Kiev de "cesser d'utiliser la force contre le peuple ukrainien".  Ainsi, toujours selon la même source, au cours de ces négociations, l'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a affirmé : "Le sang a déjà été versé et il faut éviter d'urgence une nouvelle escalade". Dès lors, il demande aux Occidentaux et notamment aux Etats-Unis, de faire pression sur les autorités de Kiev pour qu'elles "cessent d'utiliser la force contre le peuple ukrainien et entament un véritable dialogue".  "C'est l'Occident qui déterminera si la guerre civile en Ukraine peut être évitée"

Ce à quoi l'ambassadrice américaine Samantha Power a répondu avec fermeté : c'est la Russie qui a "créé et orchestré l'instabilité" dans l'est de l'Ukraine, une "copie conforme des tactiques utilisées par les forces russes dans les premières étapes de la crise en Crimée". Et elle insiste : "Nous savons qui est derrière: seule la Russie est capable d'une telle opération dans cette région". Et pour l'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant,  "la Russie interfère une nouvelle fois directement dans les affaires intérieures de l'Ukraine en utilisant des prétextes et la force militaire". 

Pour rappel, le gouvernement ukrainien pro-européen a déclenché dimanche une "opération antiterroriste" dans l'Est contre les insurgés armés pro-russes. "Le sang a été versé dans la guerre que la Russie livre à l'Ukraine", avait affirmé le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov dans un discours à la nation. Une opération qui selon le ministre de l'Intérieur Arsen Avakov a fait "des morts et des blessés des deux côtés".

lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !