Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©REUTERS/Thomas Pete

Fermeté

Ukraine : Hollande et Merkel menacent la Russie et jugent "illégaux" les référendums à l’Est

Les deux dirigeants européens ont prévenu samedi Moscou qu'ils tireraient les "conséquences appropriées" d'un échec des élections présidentielles prévues le 25 mai.

"Les référendums planifiés dans plusieurs villes dans l'est de l'Ukraine sont illégaux." La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande se sont montrés fermes ce samedi dans une déclaration commune diffusée à Stralsund, dans le nord de l'Allemagne, lors d'une réunion informelle.

Une prise de position qui intervient alors que les séparatistes pro-russes de cette région ont décidé de maintenir le projet de référendum sur l'indépendance prévu dimanche dans l'est de l'Ukraine. Et ce malgré la demande de report faite par le président russe Vladimir Poutine. Ce dernier a lui-même provoqué vendredi la colère de Kiev en se rendant en Crimée pour la première fois depuis l'annexion de la péninsule en mars par la Russie. A Sébastopol, le président russe a estimé que ce rattachement avait été un acte de "fidélité à la vérité historique". Soulignant que la Russie respectait les droits et les intérêts des autres pays, il a déclaré qu'elle attendait le respect de ses propres "intérêts légitimes".

Ce samedi, dans leur déclaration commune, François Hollande et Angela Merkel ont aussi haussé le ton vis-à-vis de Moscou. Ils ont en effet prévenu la Russie qu'ils tireraient les "conséquences appropriées" d'un échec des élections présidentielles prévues le 25 mai en Ukraine, un scrutin dont l'importance est jugée "capitale" par Paris et Berlin.

"Un échec à la tenue des élections présidentielles internationalement reconnues déstabiliserait encore plus le pays. La France et l'Allemagne estiment que dans ce cas les conséquences appropriées devraient être tirées, comme envisagé par le Conseil européen du 6 mars", est-il écrit dans le texte franco-allemand diffusé à la fin de leur rencontre. De plus, les deux dirigeants ont demandé à Moscou une réduction "visible" des troupes russes à la frontière ukrainienne. "Les forces russes stationnées à proximité de la frontière ukrainienne doivent réduire de manière visible leur posture d'alerte.

Ils ont également affirmé que Kiev doit "s'abstenir" de conduire des actions offensives avant les élections."Les forces de sécurité ukrainiennes devraient s'abstenir de conduire des actions offensives avant les élections; l'usage légitime de la force pour protéger les personnes et les infrastructures doit être proportionné", ont-ils estimé. Reste à savoir si l’avertissement sera entendu.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !