Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©Anthony WALLACE / AFP

Menace du Covid-19 ?

Tiananmen : des milliers de manifestants défilent à Hong Kong malgré la répression policière

Pour la première fois en trois décennies, la veillée en hommage aux victimes de la répression de Tiananmen n'a pas été autorisée par la police. Les autorités de Hong Kong ont invoqué des raisons sanitaires.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés, dans la soirée du jeudi 4 juin, dans un parc du centre de Hong Kong pour marquer le 31e anniversaire de la répression de Tiananmen. La police de Hong Kong a procédé à des arrestations en tentant de disperser le rassemblement qui avait été interdit.

"Certains protestataires vêtus de noir sont en train de bloquer des routes à Mongkok, Hong Kong. Les policiers procèdent maintenant à des arrestations", selon des précisions de la police sur Twitter.

Cette veillée est organisée en souvenir de la répression sanglante menée par l'armée chinoise dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, autour de la célèbre place de Pékin. 

Officiellement, plusieurs centaines à plus d'un millier de personnes sont mortes. Selon d'autres archives, le bilan s'élèverait plutôt à 10.000 morts, selon Libération. La répression avait mis fin à sept semaines de manifestations des étudiants et des ouvriers qui souhaitaient dénoncer la corruption et qui militaient pour plus de démocratie.

Hong Kong est le seul endroit en Chine où l'événement est commémoré chaque année en hommage aux victimes.

Ancienne colonie britannique, Hong Kong a été rétrocédée à la Chine en 1997 sous le principe "d'un pays deux systèmes". 

Les autorités chinoises ont l’intention d'imposer à Hong Kong une loi sur la sécurité nationale, qui prévoit de punir les activités séparatistes, "terroristes", la subversion, et les ingérences étrangères dans le territoire.

Le Parlement de Hong Kong a adopté, le 4 juin, une loi sanctionnant toute marque d'irrespect envers l'hymne national chinois. La loi prévoit que "toutes les personnes et organisations" doivent respecter et honorer l'hymne national chinois, et le jouer ou le chanter dans des "occasions appropriées". Les contrevenants risquent des peines allant jusqu'à trois ans de prison ainsi que des amendes dont le montant pourrait atteindre 50.000 dollars de Hong Kong (près de 5.800 euros).

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !